La France dégage un milliard d'euros pour le tourisme-Le Figaro

mercredi 7 octobre 2015 21h44
 

PARIS, 7 octobre (Reuters) - La France s'apprête à dégager un milliard d'euros pour développer le secteur du tourisme et permettre au pays de conserver son statut de première destination touristique au monde, rapporte Le Figaro dans son édition de jeudi.

L'objectif assigné par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, est de pouvoir accueillir 100 millions de visiteurs étrangers en 2020, contre 84 millions en 2014.

"Ce trésor (le tourisme, NDLR), nous devons le protéger et le développer. Pour cela, il était essentiel et urgent de mettre en place une politique volontariste pour la promotion de notre tourisme", selon le chef de la diplomatie française, cité par Le Figaro.

D'après le quotidien, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) va créer un fonds doté de 500 millions d'euros destiné à l'hôtellerie, en priorité sur les littoraux, à la montagne, dans les croisières fluviales et dans le tourisme lié au vin.

La CDC contribuera à ce fonds à hauteur de 150 millions d'euros et sollicitera pour le reste des partenaires institutionnels.

La CDC va par ailleurs se servir dans les fonds de la Direction des investissements et de développement local pour investir 400 millions d'euros dans le financement des infrastructures et équipements touristiques, comme des bornes wifi ou des parcs des expositions.

A cette double enveloppe s'ajoutent 100 millions d'euros que Bpifrance s'engage à apporter pour financer le développement d'entreprises innovantes dans ce secteur, toujours selon Le Figaro.

Entre autres mesures, le journal cite également le lancement d'une campagne de publicité à l'occasion de l'Euro 2016 de football, qui aura lieu en France aux mois de juin et de juillet.

Avec ses 84 millions de touristes accueillis en 2014, la France est bien la première destination au monde mais seulement la troisième en termes de recettes, derrière les Etats-Unis et l'Espagne.

Le développement de ce secteur, qui représente 7,4% du PIB français, a donc été hissé au rang de "cause nationale" par François Hollande qui mise sur les retombées pour doper la croissance et lutter contre un taux de chômage toujours record. (Simon Carraud, édité par Jean-Philippe Lefief)