LEAD 1-France-Valls ne veut pas pénaliser les usagers du diesel

mercredi 7 octobre 2015 12h32
 

(Actualisé avec Royal)

PARIS, 7 octobre (Reuters) - Le gouvernement réfléchit à des solutions pour rapprocher les taxations sur l'essence et le diesel, mais il n'entend pas imposer un coût supplémentaire aux automobilistes, a déclaré mercredi Manuel Valls.

Le député socialiste Olivier Faure a déposé à l'Assemblée un amendement au projet de loi de finances 2016 visant à relever de deux centimes la taxe sur le diesel, rapportent les Echos dans leur édition de mercredi. ( )

"Rapprocher la taxation sur le diesel et l'essence est un débat légitime", a commenté le Premier ministre sur RTL.

"Je réunirai cette semaine plusieurs ministres pour évoquer les solutions que nous pourrions proposer sans que cela représente un coût supplémentaire pour les conducteurs et sans que cela puisse représenter non plus un danger, une mise en cause des emplois dans l'industrie automobile", a-t-il ajouté.

"Il faut le faire intelligemment, en prenant le temps et sur plusieurs années", a dit Manuel Valls.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a expliqué à sa sortie du conseil des ministres qu'une des hypothèses était la baisse de la fiscalité sur l'essence en même temps qu'une hausse de celle sur le diesel afin de rapprocher les prix.

"Il faut, si on augmente la taxe sur les diesels, pour la neutraliser, baisser la taxe sur l'essence, c'est-à-dire il faut égaliser", a-t-elle dit en évoquant un rapprochement étalé sur cinq ou sept ans, voire plus.

"Mais en tout cas il est évident qu'aujourd'hui il y a une incohérence entre les avantages donnés au diesel et les inconvénients en termes de pollution", a-t-elle ajouté.

Un litre de gasoil coûte actuellement à la pompe environ 1,05 euro, contre autour de 1,20 euro pour un litre de super 95, soit un différentiel de l'ordre de 15 centimes.

L'avantage fiscal dont bénéficient les moteurs diesel, plus économes en consommation mais longtemps plus polluants en particules et dioxydes d'azote, est à nouveau remis en cause depuis le scandale Volkswagen sur le trucage des émissions. (Sophie Louet, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)