Air France-Valls condamne les violences, soutient la direction

mardi 6 octobre 2015 12h37
 

PARIS, 6 octobre (Reuters) - Manuel Valls a apporté mardi un soutien appuyé à la direction d'Air France au lendemain des violences, condamnées par le Premier ministre, qui ont suivi l'annonce d'un plan de redressement de la compagnie aérienne française.

"Air France est sous le choc et quand Air France est sous le choc, c'est toute la France qui est sous le choc, marquée par les événements qui se sont déroulés hier", a-t-il déclaré lors d'une visite au siège de la compagnie.

Faute d'accord avec les pilotes, la direction a annoncé lundi 2.900 suppressions de postes et le retrait de 14 avions de sa flotte long-courrier d'ici 2017 au cours d'un comité central d'entreprise (CCE) interrompu par ces violences.

Le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta, et un autre haut responsable, Pierre Plissonnier, pris à partie par des salariés qui leur ont arraché leurs vêtements, ont dû prendre la fuite devant les caméras et les photographes dont les images ont fait le tour du monde.

Manuel Valls a dénoncé des comportements de voyous et demandé des sanctions "lourdes", y compris pénales.

"Le gouvernement, l'Etat, soutient Air France, qui a besoin de relever des défis considérables", a ajouté le Premier ministre. "La lucidité oblige chacun à se rendre compte qu'il faut des efforts et qu'on ne peut pas en rester au statu quo." (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)