ENCADRE-Ce qui change et ce qui ne change pas dans les réformes grecques

vendredi 10 juillet 2015 20h32
 

10 juillet (Reuters) - Le Parlement grec devait se prononcer vendredi soir sur les propositions de réformes adressées par le Premier ministre Alexis Tsipras aux créanciers du pays à l'appui d'une demande d'un nouveau plan d'aide sur trois ans.

Ces propositions ont été envoyées aux "institutions" (la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international) quatre jours seulement après le référendum lors duquel les électeurs ont massivement rejeté les propositions avancées le 25 juin par les créanciers en vue, alors, d'une extension de quatre mois du plan d'aide qui s'est achevé le 30 juin.

Bon nombre des propositions d'Athènes ressemblent à celles élaborées par les créanciers il y a deux semaines. Voici les principales similitudes et différences dans des domaines clés:

L'EXCÉDENT BUDGÉTAIRE PRIMAIRE

25 juin: objectifs d'excédent primaire (hors service de la dette) de 1% en 2015, 2% en 2016, 3% en 2017 et 3,5% en 2018.

9 juillet: mêmes objectifs mais Athènes précise que l'objectif de 3,5% pour 2018 doit être déterminé au terme d'une discussion avec les "institutions".

LA TVA   Suite...