Kazakhgate-Le sénateur français Aymeri de Montesquiou en examen

jeudi 9 juillet 2015 19h04
 

PARIS, 9 juillet (Reuters) - Le sénateur centriste UDI Aymeri de Montesquiou a été mis en examen mercredi pour corruption passive et blanchiment en bande organisée dans l'enquête sur des soupçons de commissions versées en marge de contrats avec le Kazakhstan, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Selon Le Monde, qui a révélé l'information, la justice française le soupçonne d'avoir "perçu des commissions occultes en marge de marchés passés en 2010 avec le Kazakhstan par le gouvernement Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy".

Le sénateur centriste du Gers a été le représentant en Asie centrale de l'ancien président français.

Les contrats en question, de près de deux milliards d'euros, comprenaient l'acquisition par le Kazakhstan d'ici 2016 de 45 hélicoptères de l'ex-Eurocopter.

La société, dont le site en région parisienne a été perquisitionné en septembre dernier, assure que ce projet "a été et reste conduit de façon parfaitement légale et appropriée."

Une information judiciaire a été ouverte le 18 mars 2013 pour blanchiment en bande organisée, corruption active d'agents publics étrangers et complicité et recel de ces délits.

Cinq personnes ont été mises en examen à ce jour.

Parmi elles figurent Jean-François Etienne des Rosaies, ancien préfet et chargé de mission à l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, mis en examen pour corruption d'agent public étranger, notamment, ainsi qu'une avocate niçoise.

Selon Le Monde, Jean-François Etienne des Rosaies est soupçonné d'être intervenu auprès d'un sénateur libéral belge pour faire voter en Belgique une loi sur la transaction pénale qui a favorisé plusieurs hommes d'affaires proches du président kazakh.

En échange, ce dernier aurait assuré la France de son soutien pour un marché avec l'ex-Eurocopter, rebaptisé Airbus Helicopters. (Chine Labbé, édité par Emmanuel Jarry)