SYNTHESE-Asphyxiée, la Grèce tente d'arracher une nouvelle aide

mardi 7 juillet 2015 19h08
 

par Julien Ponthus et Renee Maltezou

BRUXELLES, 7 juillet (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras tentait mardi à Bruxelles d'arracher à ses créanciers une nouvelle aide avant que le système bancaire de son pays ne soit asséché, sans présenter dans l'immédiat les propositions de réforme attendues.

Dès son arrivée au sommet de la zone euro convoqué en urgence après le "non" des Grecs aux propositions de leurs partenaires européens, Angela Merkel a prévenu que rien ne permettait à ce stade de rouvrir des négociations avec Athènes.

La question de la survie financière de la Grèce ne se compte "pas en semaines, mais en jours" a-t-elle dit.

"C'est dans la semaine que les décisions doivent être prises", a renchéri François Hollande, qui a demandé à la partie grecque de préciser ses demandes.

Les banques grecques sont une nouvelle fois restées fermées mardi et le pays est menacé de manquer très rapidement de liquidités et de ne pas pouvoir faire face à ses prochaines échéances financières.

Après s'être rencontrés lundi, Angela Merkel et François Hollande avaient déclaré qu'un accord avec Athènes était encore possible et que la Grèce pouvait échapper à la catastrophe.

En Allemagne, les pressions sont fortes pour que la chancelière ne cède pas devant Alexis Tsipras, alors qu'Athènes a exclu les hausses d'impôts, les baisses des retraites, et la réforme du marché du travail qui étaient sur la table avant l'expiration, la semaine dernière, de son programme d'aide.

  Suite...