BOURSE-Technip plonge, les analystes anticipent des difficultés

mardi 7 juillet 2015 10h13
 

PARIS, 7 juillet (Reuters) - L'action Technip signe mardi la plus forte baisse de l'indice SBF 120 à la Bourse de Paris, plusieurs analystes s'inquiétant des conséquences de son plan de restructuration qui témoigne d'un recul plus important et plus durable que prévu de l'investissement de ses clients dans le secteur pétrolier.

A 9h15, le titre abandonne 7,69% à 49,605 euros dans des volumes fournis, alors que l'indice SBF 120 progresse de 0,16% à 4719,36 points. L'indice sectoriel européen accuse de son coté un recul de 0,8%.

Dans le même secteur, Vallourec abandonne 2,62% à 17,48 euros et CGG 2,48% à 4,567 euros.

Technip a annoncé lundi un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 6.000 emplois et 830 millions d'euros d'économies d'ici 2017 pou faire face à une dégradation des marchés gaziers et pétroliers.

Dans une note, Barclays voit dans le plan de l'équipementier pétrolier "un tournant" dans sa stratégie pour faire face à un ralentissement actuel du secteur qui devrait se prolonger.

Le broker souligne qu'au-delà de l'importance du plan de restructuration de Technip, l'important pour la société est de savoir quand de "nouveaux projets vont être annoncés sur le marché", alors que les sociétés pétrolières réduisent leurs investissements.

Barclays a abaissé son objectif de cours de 81 euros à 74 euros, avec une recommandation maintenue à "pondération en ligne".

De son côté, Société Générale relève que Technip, qui est très exposé à l'offshore en eau profonde, devrait plus durablement souffrir du ralentissement des investissements de ses clients que certains de ses concurrents.

"Les investissements dans l'offshore en eau profonde sont généralement affectés plus durablement que ceux dans les gaz de schiste américain ou dans le pétrole du Moyen-Orient", explique le gestionnaire de fonds.

Société Générale souligne également que le plan annoncé par le spécialiste des équipements pétroliers complique les anticipations sur ses revenus pour 2016 et 2017.

Société Générale a abaissé sa recommandation d'"acheter" à "vendre", avec un objectif de cours ramené de 68 euros à 43 euros. (Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot)