Vienne attaque le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point

lundi 6 juillet 2015 15h57
 

VIENNE, 6 juillet (Reuters) - L'Autriche a annoncé lundi avoir déposé plainte contre la Commission européenne afin de contester le soutien apporté par celle-ci au projet britannique de centrale nucléaire d'Hinkley Point, estimé à 16 milliards de livres (22,6 milliards d'euros) et dont le français EDF sera maître d'oeuvre.

Le projet, qui prévoit la construction de deux réacteurs de type EPR conçus par Areva, est présenté par Londres comme une étape importante dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni et par Paris comme un contrat emblématique à l'export pour la filière nucléaire française.

Mais l'Autriche estime que l'aide de la Commission européenne à ce dossier va à l'encontre de la politique de soutien au développement des énergies renouvelables affichée par l'Union.

"Les aides publiques existent pour soutenir des technologies nouvelles et modernes dans l'intérêt de tous les Etats de l'UE. Cela ne s'applique en aucune manière à l'électricité nucléaire", a déclaré dans un communiqué le chancelier autrichien, Werner Faymann.

"Les centrales nucléaires sont dangereuses, coûteuses et, comparées (...) à l'énergie éolienne, hydraulique et solaire, ne sont compétitives ni économiquement ni écologiquement", a-t-il ajouté.

La plainte de Vienne vise le feu vert donné en octobre dernier par la Commission européenne au tarif garanti prévu pour l'électricité produite par les deux futurs EPR d'Hinkley Point, en dépit de l'opposition de certains membres de l'exécutif communautaire.

Greenpeace et neuf compagnies d'électricité allemandes et autrichiennes produisant des énergies renouvelables ont aussi annoncé des recours contre les aides publiques au projet Hinkley Point.

La Cour européenne de justice a rendu des décisions favorables à la Commission dans la majeure partie des dossiers comparables ces dernières années.

Le gouvernement britannique a minimisé le risque juridique.

"Le Royaume-Uni a confiance dans la solidité de la légalité de la décision de la Commission européenne sur l'aide à Hinkley Point et n'a aucune raison de penser que l'Autriche a déposé un recours sur des bases valables", a dit une porte-parole du ministère britannique de l'Energie et du Changement climatique. (Shadia Nasralla à Vienne, avec Barbara Lewis à Bruxelles et Karolin Schaps à Londres, Marc Angrand pour le service français)