Noyer hausse le ton sur les taux de l'épargne réglementée

lundi 6 juillet 2015 14h11
 

* Des taux "de plus en plus éloignés" de leur formule de calcul

* Un surcoût pour le logement social et la politique de la ville

* Une concentration de plus en plus forte sur les gros livrets

PARIS, 6 juillet (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France a une nouvelle fois plaidé lundi pour une baisse des taux de l'épargne réglementée dont le niveau constitue, selon lui, "un obstacle de plus en plus fort" à la diffusion dans l'économie de la politique monétaire très accommodante de la BCE.

"Nous sommes dans une période où la BCE met en place des moyens considérables pour faire redémarrer l'économie et remonter l'inflation vers notre objectif. Donc il n'est pas acceptable que l'épargne réglementée soit un obstacle de plus en plus fort à cette évolution", a dit Christian Noyer.

"Pour moi, il est hors de question que les taux ne baissent pas au cours de l'année", a-t-il ajouté lors de la présentation du rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée.

Les encours des produits d'épargne réglementée - livret A, livret de développement durable (LDD), livret d'épargne populaire et plan d'épargne logement (PEL) - ont augmenté l'an passé de 11 milliards d'euros (+1,6%) à 690 milliards d'euros.

Christian Noyer a souligné que, malgré ses recommandations au gouvernement, qui a le dernier mot sur la question, leurs taux de rémunération étaient aujourd'hui "encore plus éloignés" des niveaux prévus par leurs formules de calcul.

Celui du livret A et du LDD est à 1,0%, son plus bas niveau historique, depuis août 2014, alors que le gouverneur de la Banque de France proposait début 2015 de le ramener à 0,75%.   Suite...