LEAD 2-Grèce-Macron veut un compromis sans se réfugier derrière la BCE

dimanche 5 juillet 2015 14h34
 

* Il faut trouver un compromis sur la base des réformes-Macron

* "Ne pas faire le traité de Versailles de la zone euro"

* Macron veut reprendre dès lundi les discussions politiques

* La sortie de l'euro pas automatique en cas de "non" grec (Actualisé avec point presse d'Emmanuel Macron)

par Alexandre Boksenbaum-Granier

AIX-EN-PROVENCE, Bouches-du-Rhône, 5 juillet (Reuters) - Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, a estimé dimanche qu'il faudrait trouver un compromis pour la Grèce quelle que soit l'issue du référendum et ne pas se réfugier derrière l'action de la Banque centrale européenne (BCE).

Les électeurs grecs sont appelés aux urnes ce dimanche pour se prononcer sur des propositions soumises par les créanciers du pays en vue d'un accord "aides financières contre réformes", un référendum à l'issue incertaine et qui pourrait ouvrir la voie à une sortie du pays de la zone euro.

"Même si le non grec devait l'emporter, notre responsabilité dès demain ce sera de ne pas faire le traité de Versailles de la zone euro", a jugé Emmanuel Macron en évoquant le texte signé après la Première Guerre mondiale et qui détermina les sanctions prises par les alliés contre l'Allemagne, souvent accusé d'avoir ouvert la voie à la montée du nazisme en précipitant l'Allemagne dans la crise économique.

"La situation de la zone grecque, nous l'avons co-produite (...) Il faut être exigeant et trouver un compromis pour la Grèce sur la base des réformes, de la soutenabilité de la dette, d'évolution des finances dans le temps. Nous aussi nous devons faire des efforts", a-t-il ajouté à l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.   Suite...