LEAD 1-Le FESF constate le défaut de la Grèce

vendredi 3 juillet 2015 18h36
 

(Actualisé avec communiqué et commentaires)

par Francesco Guarascio

BRUXELLES, 3 juillet (Reuters) - Le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le plus important des créanciers de la Grèce, a constaté vendredi que cette dernière était en défaut sur les prêts que lui a accordés la zone euro faute d'avoir remboursé un prêt du Fonds monétaire international (FMI) mardi, ajoutant se réserver le droit de réclamer le remboursement anticipé de 130,9 milliards d'euros.

Cette décision avant tout symbolique intervient deux jours avant le référendum grec par lequel les électeurs sont appelés à se prononcer sur des propositions d'aides conditionnées à des réformes fiscales et structurelles, rejetées par le gouvernement d'Alexis Tsipras.

Ce dernier a appelé à voter "non", un rejet qui, selon certains dirigeants européens, pourrait conduire la Grèce à sortir de la zone euro.

Pour le FESF, le non-paiement mardi d'une échéance d'environ 1,6 milliard d'euros au FMI "se traduit par un événement de défaut de la Grèce, conformément aux accords financiers du FESF avec la Grèce".

Le conseil d'administration du Fonds a décidé de se réserver le droit d'agir ultérieurement concernant les prêts en cours à l'Etat grec, a ajouté l'institution dans un communiqué.

Le directeur général du FESF, Klaus Regling, a opté pour cette recommandation plutôt que pour les deux autres envisageables, la renonciation aux créances concernées et la demande d'un remboursement immédiat.

Ce dernier choix aurait signifié la banqueroute immédiate de la Grèce et forcé les autres Etats membres de la zone euro à inscrire de lourdes pertes dans leurs comptes publics.   Suite...