Un "non" grec affaiblira considérablement Athènes, dit Juncker

vendredi 3 juillet 2015 13h16
 

LUXEMBOURG, 3 juillet (Reuters) - Une victoire du "non" au référendum de dimanche affaiblira considérablement la position de la Grèce aux tractations sur sa dette, a estimé vendredi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en se refusant à dire si les créanciers internationaux rouvriraient des négociations dans ce cas de figure.

"Si les Grecs votent 'non', la position grecque en sortira considérablement affaiblie", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse destinée à lancer les six mois de présidence luxembourgeoise de l'Union européenne.

La Commission européenne a affirmé vendredi qu'aucune négociation n'était en cours actuellement entre Athènes et ses créanciers internationaux. (Michele Sinner; Eric Faye pour le service français)