Loi Macron-Les hôteliers retrouvent leur liberté face à Booking

mercredi 1 juillet 2015 17h15
 

PARIS, 1er juillet (Reuters) - Les hôteliers français vont retrouver une liberté tarifaire totale face à Booking.com grâce à un amendement à la loi Macron voté la nuit dernière par le Sénat après avoir été adopté par l'Assemblée nationale.

La centrale de réservation en ligne avait déjà été sommée par l'Autorité de la concurrence de renoncer à la plupart des conditions qu'elle imposait aux hôteliers.

Les hôteliers pouvaient ainsi, depuis la fin avril, proposer des prix plus bas que ceux affichés par Booking à condition de le faire par téléphone, par courrier ou directement à la réception de l'hôtel.

Mais l'amendement à la loi Macron, qui qualifie de "contrat de mandat" la relation entre les plates-formes de réservation en ligne et les hôteliers, va plus loin.

Il supprime la clause dite de parité tarifaire, donnant ainsi toute liberté aux hôtels de pratiquer en France les tarifs qu'ils souhaitent sur l'ensemble de leurs canaux de réservation, y compris sur leurs propres sites internet.

Réclamée de longue date par les hôteliers, cette disposition qui rend au secteur sa marge de manoeuvre tarifaire et commerciale, a été applaudie par les professionnels.

"C'est un jour important pour l'hôtellerie française: ses 17.000 établissements gagnent enfin le libre accès au web pour la diffusion de leurs offres promotionnelles", s'est félicitée l'UMIH, principale fédération du secteur.

Face aux 45.000 offres d'hébergement de Booking et aux 100.000 logements d'AirBnB, "nos prix ont besoin d'être présents sur le web, notamment sur les comparateurs ", ajoute-t-elle.

La part des centrales de réservation dans le chiffre d'affaires des hôteliers ne cesse de croître. En Europe, 70% des ventes de nuitées en ligne passent par elles, le reste par les sites des hôtels.   Suite...