L'euro pénalisé par la Grèce, l'incertitude reste élevée

mercredi 1 juillet 2015 03h16
 

par Wayne Cole

SYDNEY, 1er juillet (Reuters) - L'euro est resté sur la défensive mercredi matin en Asie tandis que la confirmation du défaut de paiement de la Grèce vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) et l'expiration du programme de renflouement plante le décor d'une nouvelle journée difficile sur les marchés financiers.

Sur les marchés d'action, le climat est à la prudence. A Tokyo, l'indice Nikkei a ouvert en progression de 0,27%. Vers 01h15 GMT, après une heure et quart de cotation, il prenait 0,19% à 20.274,97 points.

A Sydney, l'indice S&P/ASX 200 gagnait 0,15% à l'ouverture.

"Il y a tellement d'incertitude, de spéculation, de vérité et de vérité partielle que les marchés sont en stagnation, en attente de voir comment les choses vont évoluer", résume Emma Lawson, spécialiste des changes à la National Australia Bank.

Peu après 22h00 GMT, le FMI a confirmé mardi soir que la Grèce n'avait pas remboursé l'échéance due. Cet accident de paiement, d'un montant sans précédent dans l'histoire du FMI, fait de la Grèce le premier pays développé en situation d'arriéré de paiement vis-à-vis du Fonds.

"Je confirme que le remboursement de 1,2 milliard de DTS (environ 1,5 milliard d'euros) dus par la Grèce aujourd'hui au FMI n'a pas été reçu. Nous avons informé notre conseil d'administration que la Grèce est désormais en arriéré", a annoncé le porte-parole du Fonds, Gerry Rice.

La Grèce, précise-t-il, ne pourra désormais plus recevoir de financements du Fonds tant qu'elle n'aurait pas réglé cet arriéré.

Ce développement, qui met la Grèce dans le même lot que des pays comme le Zimbabwe, le Soudan ou Cuba, n'a pris personne par surprise tant le défaut grec était attendu et annoncé.   Suite...