SYNTHESE 2-Week-end crucial pour la Grèce et ses créanciers

vendredi 26 juin 2015 17h13
 

* Merkel et Hollande font une offre "généreuse" à Athènes

* Tsipras dénonce le chantage de ses créanciers

* La menace d'un défaut se précise

* L'Eurogroupe se réunit à nouveau samedi (actualisé après le Conseil européen)

par Renee Maltezou et Julien Ponthus

BRUXELLES, 26 juin (Reuters) - La Grèce et ses créanciers internationaux n'ont toujours pas trouvé d'accord vendredi et la menace d'un défaut imminent se précise, renforçant le caractère d'urgence de la réunion des ministres des Finances de la zone euro qui se tiendra samedi.

En l'absence d'un compromis ce week-end, Athènes risque de ne pas pouvoir honorer l'échéance de mardi pour un remboursement de 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI).

Un défaut grec pourrait provoquer une ruée vers les banques du pays et des mesures de contrôle des capitaux. Il relancerait en outre le scénario d'un "Grexit", autrement dit une sortie de la Grèce de la zone euro, et ne manquerait pas de provoquer des turbulences sur les marchés financiers.

En marge du Conseil européen qui s'est achevé vendredi à Bruxelles, François Hollande et Angela Merkel ont rencontré Alexis Tsipras pour lui proposer de remplir les caisses de son pays jusqu'en novembre en échange de réformes sur les retraites et la fiscalité qu'il est réticent à mettre en oeuvre.   Suite...