Grèce-Syriza accuse les créanciers de chantage

jeudi 25 juin 2015 07h54
 

ATHÈNES, 25 juin (Reuters) - Les dernières propositions des créanciers internationaux de la Grèce constituent un "chantage", a déclaré jeudi le porte-parole du groupe parlementaire de Syriza, le parti de la gauche radicale au pouvoir.

"Les exigences des créanciers visant à ramener sur la table des mesures destructrices montrent que le chantage à l'égard de la Grèce a atteint son paroxysme", a déclaré Nikos Filis à la chaîne de télévision Mega.

Athènes continue de son côté de demander que tout accord prévoit un allègement de la dette, en écho à des propos tenus en ce sens par le ministre du Travail Panos Skourletis.

"Il ne peut y avoir d'accord sans référence solide et sans décisions spécifiques sur la question de la dette elle-même", a déclaré Panos Skourletis dans un entretien accordé à la radio-télévision publique ERT. (George Georgiopoulos,; Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)