France-Pérol assure n'avoir été qu'un relais de Lagarde

mercredi 24 juin 2015 16h07
 

* Pérol se pose en relais d'informations

* Le président souligne la "coïncidence" de certaines dates

* Un procès plus long que prévu

par Chine Labbé

PARIS, 24 juin (Reuters) - Le président du directoire de BPCE, François Pérol, a assuré mercredi n'avoir fait que "relayer", à l'Elysée, les messages du ministère des Finances, seul arbitre des décisions liées à la fusion des Banques populaires et des Caisses d'épargne.

L'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée chargé des questions économiques auprès de Nicolas Sarkozy est poursuivi pour prise illégale d'intérêts.

Il est soupçonné d'avoir pris en 2009 la tête de BPCE, maison mère de la banque Natixis, après avoir été associé "de manière étroite" aux négociations sur la fusion.

Il lui est notamment reproché d'avoir émis des avis auprès des autorités compétentes sur le montant de l'aide qui serait accordée au futur groupe et sa structure juridique.

"A l'Elysée, en période de crise, nous sommes le relais des décisions qui sont prises par la ministre des Finances (Christine Lagarde, NDLR)", a-t-il déclaré mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris.   Suite...