LEAD 1-Grèce-Les bases d'un accord sont réunies, pense Hollande

mardi 23 juin 2015 00h15
 

(Actualisé avec autres citations)

BRUXELLES, 22 juin (Reuters) - Les bases d'un accord entre Athènes et les institutions représentant ses créanciers sont aujourd'hui réunies, a estimé lundi soir François Hollande au terme d'un sommet des dirigeants de la zone euro à Bruxelles.

François Hollande a émis le souhait que l'accord puisse être trouvé lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue mercredi soir, avant le Conseil européen de jeudi.

"Le gouvernement grec a mis sur la table une proposition qui a suscité un accueil positif des institutions" que sont la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire internnational", a aussi déclaré le chef de l'Etat.

Il s'est prononcé pour un accord "global et durable" à même de permettre à Athènes de conserver la monnaie unique.

"La Grèce doit rester dans la zone euro et tout doit être fait pour que, avec un effort qui doit être partagé, la Grèce reste dans la zone euro", a-t-il dit.

"Je crois que dans l'intérêt de tous, des Grecs, des Européens, de la croissance, une solution doit sortir de toutes ces discussions et le plus tôt sera le mieux", a-t-il insisté.

Le président français a précisé que deux ministres grecs resteraient à Bruxelles ces prochains jours pour travailler avec les institutions.

Le travail qui reste à accomplir consiste selon lui essentiellement à mesurer, en terme de recettes et de croissance, l'impact des mesures annoncées par Athènes et de voir quelles réformes structurelles peuvent être ajoutées aux mesures fiscales et budgétaires envisagées.

La question de la dette grecque, dont le gouvernement d'Alexis Tsipras souhaite un allègement, viendra dans un deuxième temps.

"L'allongement des délais et le reprofilage de la dette de la Grèce, cela ne pourra venir que dans une deuxième étape", a dit François Hollande. "Pour l'instant le sujet de la dette n'est pas dans la discussion." (Elizabeth Pineau, édité par Jean-Stéphane Brosse)