Les Américains dépensent plus pour le café mais en boivent moins

lundi 22 juin 2015 15h10
 

NEW YORK, 22 juin (Reuters) - Les Américains n'ont jamais dépensé autant pour acheter du café mais, pour la première fois en six ans, ils vont en boire moins en raison du nombre toujours plus élevé de machines à tasse unique, qui bouleversent les habitudes du premier consommateur mondial du breuvage.

Aux Etats-Unis, la consommation de café devrait ainsi revenir à 23,7 millions de sacs de 60 kilos durant la campagne 2015-2016 contre une estimation 24 millions pour la campagne se terminant en septembre, selon le rapport biannuel sur le café du département de l'Agriculture.

Parmi les huits premiers consommateurs de café, les Etats-Unis seront le seul pays à enregistrer un recul de leur consommation. La demande mondiale est vue en hausse de près de deux millions de sacs à 147,6 millions.

Comme les Américains passent des machines à café traditionnelles à des appareils préparant une seule tasse, ils ne moulent que le café dont ils ont besoin.

"Avant les gens préparaient une cafatière, maintenant ils font une tasse. Nous sommes en train de perdre l'évier comme client", a déclaré Pedro Gavina, propriétaire de la brûlerie Gavina & Sons à Vernon (Californie).

En 2014, les Américains ont dépensé un montant record de 11,9 milliards de dollars (10,5 milliards d'euros) pour leurs achats de café. Ce total devrait passer à 12,8 milliards en 2015 et à 13,6 milliards en 2016, selon le cabinet Mintel.

Le nombre de ménages américains équipés d'une machine à tasse unique est passé à 25% du total en 2015 contre un peu plus de 15% en 2014, selon l'Association nationale du café (NCA).

Les torréfacteurs facturent en général une prime conséquente pour les produits de type capsule, un marché dominé par Keurig Green Mountain et ses K-Cups.

En plus du changement des habitudes de consommation, le vieillissement de la population contribue également à sa diminution, les Américains buvant actuellemen 1,85 tasse par jour, un plus bas depuis 2010, selon une enquête de la NCA. (Luc Cohen, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)