Grèce-Un accord doit être trouvé ce soir ou très rapidement-Hollande

lundi 22 juin 2015 11h47
 

PARIS, 22 juin (Reuters) - La réunion des dirigeants de la zone euro ce lundi doit déboucher sur un accord entre la Grèce et ses créanciers ou au moins fixer les bases d'un accord qui pourra être conclu dans les jours suivants, a déclaré lundi François Hollande.

"Faisons en sorte que le conseil de la zone euro ce soir, ce sera la position de la France, puisse avancer le plus loin possible vers un accord", a-t-il déclaré à des journalistes.

"Si nous pouvons conclure ce soir, c'est mieux, sinon il faudra que les bases d'un accord soient posées ce soir pour qu'il puisse, cet accord, être obtenu dans les jours suivants"

Le président français a souhaité "une solution durable" avec un "accord global". "Ce que je ne veux pas, c'est que ce soit un accord partiel ou un accord limité dans le temps", a-t-il dit à des journalistes, en répétant que la France et l'Allemagne souhaitaient que la Grèce reste dans la zone euro.

"Si nous pouvons faire ce soir, c'est mieux, si nous ne pouvons pas faire ce soir, il faut absolument que la discussion qui aura été engagée (...) puisse permettre un accord dans le meilleur des délais. Il faut aller vite."

Le président français a ajouté qu'un bon accord, selon lui, devait donner de la visibilité à la Grèce et "ouvrir une discussion sur la dette grecque pour les prochains mois".

Les responsables européens ont multiplié lundi les déclarations optimistes au sujet de la Grèce après l'envoi par le gouvernement d'Alexis Tsipras de nouvelles propositions qualifiées par la Commission européenne de "bonne base de progrès" en vue du sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro dans la soirée.

Ce sommet est destiné à approuver un éventuel compromis de dernière minute permettant à la Grèce de bénéficier d'une aide financière en échange de réformes susceptibles de redresser ses finances publiques de manière pérenne. Il s'agit ainsi d'épargner au pays un défaut de paiement aux conséquences imprévisibles pour la zone euro. (Julien Ponthus, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)