VERBATIM-Cinq mois de joutes verbales dans la crise de la dette grecque

dimanche 21 juin 2015 10h00
 

ATHENES, 21 juin (Reuters) - Le compte à rebours est enclenché dans la crise de la dette grecque avec la tenue d'un sommet extraordinaire des dirigeants de la zone euro programmée lundi soir à Bruxelles. (voir )

Cinq mois après la victoire du parti de gauche anti-austérité Syriza aux législatives en Grèce, retour sur l'escalade verbale entre les principaux protagonistes des négociations.

ALEXIS TSIPRAS, Premier ministre grec

. Le 25 janvier devant ses partisans, au soir de la victoire de son parti Syriza aux législatives :

"Sans aucun doute, le mandat du peuple grec met un point final au cercle vicieux de l'austérité."

. Le 28 janvier, lors du premier conseil des ministres de son gouvernement:

"Nous sommes un gouvernement de salut national, notre but est de négocier un allègement de dette (..) Nous n'entrerons pas dans un affrontement mutuellement destructeur (avec nos créanciers) mais nous ne poursuivrons pas une politique de soumission."

. Le 4 février à Bruxelles à l'issue d'entretiens avec le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, et d'autres responsables européens:   Suite...