7 avril 2015 / 08:19 / il y a 2 ans

Europe/PMI-L'activité s'accélère en mars, à un pic de 11 mois

(Actualisé avec la Grande-Bretagne)

PARIS/BERLIN/LONDRES, 7 avril (Reuters) - Principaux résultats des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achats du secteur privé en Europe publiées ce mois-ci:

* ZONE EURO - ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE DE L'ACTIVITÉ

LONDRES - L'activité a vu son rythme s'accélérer en mars, à un plus haut depuis près d'un an, les clients ayant tiré parti d'un environnement favorable sur les prix pour passer des commandes à une fréquence sans équivalent depuis la mi-2011.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) composite de Markit, qui agglomère les tendances dans les secteurs secondaire et tertiaire, est ressorti à 54 contre 54,1 en estimation "flash" et 53,3 en février.

"Les PMI laissent présager une croissance quelque peu molle de 0,3% au premier trimestre. Toutefois, le message important de cet ensemble de données, c'est que le rythme de croissance semble devoir s'accélérer dans les mois qui viennent", dit Chris Williamson, chef économiste de Markit.

Le sous-indice des nouvelles commandes a progressé à 54,1 contre 52,5, au plus haut depuis mai 2011, tandis que le seul indice des services s'inscrit à un pic de huit mois de 54,2 contre 54,3 en estimation flash et 53,7 en février.

Cet indicateur constitue une bonne nouvelle pour la Banque centrale européenne (BCE), quelque semaines après le lancement de son massif programme d'assouplissement quantitatif (QE).

De fait, les sociétés de services n'ont jamais été aussi optimistes depuis mai 2011 et le sous-indice de leurs anticipations bondit à 64,8 contre 64,1 en février.

"La politique d'assouplissement quantitatif de la BCE devant à son tour stimuler une reprise économique naissante dans les mois qui viennent, les perspectives économiques s'éclaircissent et nous pensons qu'il y aura encore des révisions à la hausse des projections de croissance annuelles".

* ALLEMAGNE - ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE DU PRIVÉ

BERLIN - L'activité dans le secteur privé en Allemagne a connu en mars sa croissance la plus rapide en huit mois en raison notamment d'une progression des nouvelles commandes, montre l'étude de l'institut Markit auprès des directeurs d'achat publiée mardi.

Cette tendance renforce le scénario d'une progression solide du produit intérieur brut (PIB) de la première économie européenne au cours du premier trimestre.

L'indice PMI composite de Markit, qui regroupe l'industrie et les services, a atteint 55,4 en mars en version définitive, après 53,8 en février et 55,3 en première estimation.

Cet indicateur est ainsi pour le 23e mois consécutif au-dessus du seuil de 50 séparant croissance et contraction de l'activité.

La croissance s'est notamment accélérée dans le secteur des services, avec un indice à 55,4 après 54,7 en février. Les nouvelles commandes se sont accumulées et les entreprises ont embauché pour répondre à cette demande et limiter l'accumulation de contrats en souffrance.

L'optimisme des entrepreneurs du secteur tertiaire n'a jamais été aussi élevé depuis quatre ans.

Côté négatif, ils ont été confrontés à la plus forte hausse de leurs coûts de production depuis juillet. Certains l'imputent à l'instauration d'un salaire minimum national en janvier, d'autres à des effets de change. Ils ont donc augmenté leurs prix pour le deuxième mois consécutif.

* FRANCE-RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE DANS LES SERVICES

PARIS - La croissance de l'activité dans les services a ralenti en mars en France mais est restée suffisante pour permettre à l'ensemble du secteur privé d'afficher une tendance positive malgré un recul dans l'industrie manufacturière, selon les résultats définitifs de l'enquête PMI publiés mardi par Markit.

L'indice composite, qui combine des éléments de l'indice de l'industrie manufacturière publié le 1er avril (Full Story) et de celui des services, est ressorti à 51,5 contre 52,2 en février. Il avait repassé en février la barre de 50 séparant contraction et croissance de l'activité pour la première fois depuis avril 2014.

L'indice du secteur des services est lui ressorti à 52,4 contre 53,4 un mois plus tôt.

Les deux marques sont légèrement en-deçà du niveau des estimations "flash" publiées fin avril (52,8 pour l'indice des services et 51,7 pour le composite).

Jack Kennedy, économiste de Markit, souligne que le secteur des services a bénéficié le mois dernier d'une nouvelle hausse de ses commandes, bien que de moindre ampleur en février. Et pour la première fois depuis octobre 2013, l'évolution de l'emploi y a été légèrement positive.

Mais le recul des perspectives d'activité, une des composantes de l'indice, montre selon l'économiste que "L'enquête ne permet toutefois guère d'espérer une reprise tangible, à court terme, de l'économie française".

L'indice Markit des services pour la France se compare avec celui du climat des affaires dans les services de l'Insee, qui a progressé d'un point en mars, à 93, et reste très éloigné de sa moyenne de long terme fixée à 100.

Mais le recul des perspectives d'activité, une des composantes de l'indice, montre selon l'économiste que "L'enquête ne permet toutefois guère d'espérer une reprise tangible, à court terme, de l'économie française".

* GB-NET REBOND DE LA CROISSANCE DANS LES SERVICES

LONDRES - Le rythme de croissance a fortement augmenté dans le secteur des services le mois dernier, attestant d'une accélération de la croissance économique britannique au cours des trois premiers mois de l'année.

Venant confirmer une série de bons indicateurs à l'approche des élections législatives du 7 mai, l'indice PMI Markit/CIPS des services affiche sa plus forte hausse en plus d'un an pour atteindre un pic de huit mois à 58,9, contre 56,7 en février.

Les économistes attendaient en moyenne un indice à 57,0.

"L'économie britannique est passée à une vitessse supérieure en mars", dit Chris Williamson, économiste en chef chez Markit. "Une croissance plus forte des nouveaux contrats et une amélioration des perspectives pour l'année à venir contribuent également à laisser présager le maintien d'une forte dynamique de reprise au cours du printemps."

La croissance du produit intérieur brut a probablement atteint 0,7% au premier trimestre contre 0,6% au dernier trimestre 2014 en variation trimestrielle, a-t-il dit. Cette prévision est conforme à celle de la Confederation of British Industry (CBI) publiée mardi.

Les chiffres officiels de croissance trimestrielle sont attendus une semaine avant les élections et son accélération pourrait favoriser le Premier ministre David Cameron.

Markit a précisé que l'optimisme des entreprises lors de l'enquête était à son plus haut niveau depuis le mois de mai.

Les embauches se sont poursuivies à un rythme soutenu et les coûts ont progressé plus faiblement que la moyenne.

"La combinaison d'un taux d'emploi plus élevé et d'une baisse des prix devrait soutenir la croissance économique en fournissant un catalyseur important à la hausse des dépenses de consommation, dont la reprise semble être devenue de plus en plus dépendante", écrit Markit.

L'indice composite est ressorti à 58,7 contre 57,0 en février et à son plus haut niveau depuis août 2014.

* ITALIE - LES SERVICES RENOUENT AVEC LA CROISSANCE

ROME - Le secteur des services a renoué avec la croissance en mars, montre l'étude Markit auprès des directeurs d'achat publiée mardi, ce qui alimente le scénario d'une reprise de l'activité au sein de la troisième économie de la zone euro.

L'indice Markit/ADACI des entreprises de services s'est élevé à 51,6 en mars alors qu'il avait été de 50,0 le mois précédent, soit exactement le niveau définissant une stagnation de l'activité.

Ce résultat est en outre supérieur aux prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui s'attendaient à 51,4.

Le sous-indice des nouveaux contrats a atteint un pic de huit mois à 53,1 après quatre mois consécutifs en-dessous de 50. En conséquence, les entreprises du secteur tertiaire n'ont jamais autant embauché depuis novembre 2010, selon Markit.

L'indice PMI de Markit regroupant l'industrie et les services a progressé à 52,4 en mars après 51,0 en février, soit son plus haut niveau depuis juillet dernier.

* ESPAGNE-CROISSANCE DES SERVICES AU PLUS HAUT DEPUIS AOÛT

MADRID - Le secteur des services a connu en mars sa croissance la plus forte depuis août et les nouveaux contrats n'ont jamais été aussi nombreux depuis près de 15 ans, dopant l'emploi et permettant de consolider la reprise économique locale.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) du secteur tertiaire ressort à 57,3 en mars contre 56,2 en février. Cela fait 17 mois que l'indice est au-dessus de 50, la démarcation entre croissance et contraction de l'activité.

La composante des contrats nouveaux grimpe à 59,9 contre 57,3 en février, au plus haut depuis juillet 2000.

Le secteur des services représente la moitié environ du PIB espagnol et la croissance des dépenses de consommation a largement permis à l'Espagne de sortir en 2013 d'une période de récession de près de six ans. La Banque d'Espagne anticipe une croissance de 2,8% cette année.

* IRLANDE-CROISSANCE DES SERVICES MAIS À UN RYTHME MOINS SOUTENU

DUBLIN - La croissance du secteur tertiaire a été une fois de plus soutenue en mars mais au rythme le plus lent en près d'un an.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) Investec est ressorti à 60,9 contre 61,4 en février.

Il avait atteint en décembre un pic de huit ans. Il est au-dessus de 60 depuis un an et n'est plus retombé au-dessous de 50, le seuil séparant croissance et contraction de l'activité, depuis juillet 2012.

Le sous-indice des nouveaux contrats a reculé à 60,9 contre 63,2 un moins auparavant, au plus bas depuis février 2014.

Guide des indices PMI PMI/INDEX1

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below