Dailymotion-Le gvt presse Orange d'étudier l'option européenne

mercredi 1 avril 2015 15h11
 

PARIS, 1er avril (Reuters) - Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron presse l'opérateur télécoms Orange d'étudier d'éventuelles candidatures européennes dans sa quête d'un partenaire pour sa filiale de vidéos en ligne Dailymotion.

Le scénario prend des allures de déjà-vu pour le plus populaire des sites internet européens avec 128 millions de visiteurs uniques par mois, dont le projet de rachat par l'américain Yahoo avait échoué il y a deux ans face à l'opposition d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.

Son propriétaire, le numéro un français des télécoms Orange, s'est depuis remis en quête d'un partenaire pour sa filiale afin de l'aider à faire face à la concurrence écrasante du numéro un mondial YouTube (propriété de Google ) et poursuivre son expansion à l'international.

Orange, dont l'Etat est le premier actionnaire avec environ 25% du capital, a confirmé mi-mars discuter avec le chinois PCCW de la prise d'une participation qui ouvrirait à la plate-forme les portes du dynamique marché asiatique, tout en précisant étudier parallèlement d'autres options.

"Il ne peut y avoir de négociation exclusive, toutes les options doivent être regardées en prenant en compte l'enjeu de souveraineté numérique européenne", explique-t-on mercredi dans l'entourage d'Emmanuel Macron, confirmant des informations rapportées par le journal Le Monde.

"Ça ne veut pas dire que l'option chinoise ne sera pas retenue, cela veut dire que l'opérateur doit regarder toutes les options."

Les ministères français et allemand de l'Economie ont plaidé mardi pour une stratégie européenne ambitieuse en matière de numérique, à l'occasion d'un conseil des ministres franco-allemand qui s'est tenu à Berlin.

Orange a pour sa part réaffirmé mercredi poursuivre sa recherche d'un partenaire, sans exclusive.

"Toutes les portes restent ouvertes", a déclaré à Reuters un porte-parole d'Orange, en soulignant que l'opérateur privilégierait l'"intérêt social" du groupe.   Suite...