Records d'activité des marchés primaires au T1, sans exubérance

mardi 31 mars 2015 08h00
 

par Freya Berry et Elzio Barreto

LONDRES/HONG KONG, 31 mars (Reuters) - Les capitaux levés sur les marchés actions mondiaux ont augmenté de 20% environ sur les trois premiers mois de cette année à 231,5 milliards de dollars (214 milliards d'euros), un montant record pour un premier trimestre, les ventes sur le marché secondaire ayant plus que compensé le recul des introductions, montrent mardi des données Thomson Reuters.

Le nombre d'introductions en Bourse a diminué, les niveaux de valorisation atteints par les marchés actions décourageant certains investisseurs et les fonds de capital-investissement ayant déjà mis sur le marché en 2014 bon nombre des candidats à l'IPO qui figuraient dans leur portefeuille.

Les capitaux levés lors d'introductions en Bourse ont ainsi reculé de 20% à 37,2 milliards de dollars, selon des données Thomson Reuters Equity Capital Markets (ECM).

"Le marché a pas mal progressé, ce qui a fait monter les valorisations à des niveaux auxquels tout le monde n'est pas prêt à participer", souligne Josef Ritter, co-directeur de l'activité ECM (Equity Capital Markets) chez Deutsche Bank.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst-300 a gagné plus de 16% depuis le 1er janvier et cette progression, si elle a découragé les introductions, a favorisé les cessions de blocs, notamment celles de participations détenues par des fonds de capital-investissement dans des sociétés entrées en Bourse l'an dernier.

Le produit de ce type d'opérations a augmenté d'un tiers en un an pour atteindre 168,4 milliards de dollars, soit 73% de l'activité globale, même si certaines cessions ont reçu un accueil plus que mitigé en raison d'un prix jugé trop élevé.

Dans le classement des banques d'affaires, Goldman Sachs et UBS ont été avantagées par leur rôle dans l'augmentation de capital de 7,5 milliards d'euros réalisée par l'espagnol Santander début janvier, la plus grosse opération du trimestre.

Goldman Sachs se classe ainsi en tête du classement mondial des ECM, devant JPMorgan et UBS. L'établissement suisse est numéro un en Europe, alors qu'il n'était que troisième sur la même période l'an dernier.   Suite...