25 mars 2015 / 15:38 / dans 2 ans

L'UE veut relancer le projet de gazoduc transcaspien

par Marat Gurt

ACHGABAT/TBILISSI, 25 mars (Reuters) - L‘Union européenne cherche à relancer un projet de gazoduc reliant le Turkménistan à l‘Europe en impliquant des énergéticiens européens, a dit un diplomate de l‘UE en poste au Turkménistan.

Les tensions entre l‘UE et la Russie liées à la crise ukrainienne poussent les Européens à diversifier leurs approvisionnements en gaz, assurés pour près d‘un tiers par Moscou.

Le chargé d‘affaires de l‘UE au Turkménistan Denis Daniilidis a dit à Reuters que le commissaire européen à l‘Energie Maros Sefcovic se rendrait à Achgabat dans les prochains mois pour reprendre les discussions sur le projet de gazoduc transcaspien.

Le projet qui doit permettre d‘acheminer du gaz du Turkménistan jusqu‘en Europe via la Mer caspienne, l‘Azerbaïdjan et la Turquie est paralysé depuis des années en raison d‘incertitudes politiques, juridiques, financières et environnementales.

“Au cours de nos échanges avec nos partenaires turkmènes, nous sommes arrivés à la conclusion que nous devions déterminer les modalités permettant une implication des entreprises européennes souhaitant acheter du gaz turkmène pour le marché européen”, a ajouté Daniilidis.

Des représentants des autorités turkmènes ont récemment dit que des négociations “actives” étaient en cours sur les moyens de fournir entre 10 et 30 milliards de m3 de gaz par an à l‘Europe, sans toutefois donner plus de précisions.

Le Turkménistan et la Turquie ont signé l‘année dernière un accord-cadre pour la fourniture de gaz au projet de gazoduc transanatolien (TANAP) qui doit acheminer le gaz du gisement de Shah Deniz 2, situé en mer Caspienne, à 70 km au large de l‘Azerbaïdjan.

Pour se connecter à TANAP, le Turkménistan doit construire sa propre liaison sous la mer Caspienne dont le statut juridique ne fait l‘objet d‘aucun accord, la Russie et l‘Iran considérant en conséquence que la réalisation de cette liaison nécessite le consentement des cinq pays riverains.

TANAP doit relier la frontière turco-géorgienne à la frontière gréco-bulgare avec la Turquie. Il est prévu que sa construction soit achevée à la fin 2018 pour de premières livraisons en provenance de Shah Deniz 2 en 2019.

BP a dit mercredi espérer signer un accord d‘ici deux mois pour entrer au tour de table de TANAP. La compagnie pétrolière britannique avait dit en 2013 vouloir prendre une participation de 12% dans TANAP, contrôlé actuellement à hauteur de 58% par la compagnie nationale azerbaïdjanaise Socar et de 30% par l‘opérateur turc d‘oléo et de gazoducs Botas.

Le russe Gazprom a fortement réduit ses importations de gaz en provenance du Turkménistan au cours des dernières années, Achgabat exportant désormais entre 30 et 35 milliards de m3 de gaz par an vers la Chine, des volumes appelés à doubler d‘ici 2020, date à laquelle Gazprom doit de son côté commencer ses livraisons à la Chine.

Avec Margarita Antidze, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below