La demande de pétrole devrait soutenir les cours-délégué Opep

mardi 24 mars 2015 17h23
 

RYAD, 24 mars (Reuters) - La demande mondiale de pétrole, plus forte que prévu, devrait contribuer à maintenir le prix du brut aux alentours de 55 à 60 dollars le baril au cours des deux prochains mois, malgré les signes d'une surabondance de la production aux Etats-Unis, a déclaré mardi à Reuters un représentant d'un pays du Golfe auprès de l'Opep.

Ces commentaires vont à l'encontre de certaines estimations selon lesquelles l'offre excédentaire en provenance des Etats-Unis pourrait faire chuter les cours du pétrole jusqu'à 30, voire 20 dollars le baril.

Ils semblent aussi témoigner de la confiance des pays du Golfe dans leur stratégie consistant à défendre leurs parts de marché. A l'initiative de l'Arabie saoudite, l'Opep a décidé en novembre de ne pas réduire sa production, ce qui a accentué l'effondrement des cours.

"La demande mondiale augmente assurément bien plus fort que prévu. En décembre, janvier et particulièrement février, elle a été supérieure aux prévisions", a dit ce délégué ayant requis l'anonymat.

Les cours du pétrole devraient continuer à évoluer dans une fourchette de 55 à 60 dollars le baril jusque fin avril avant de subir à nouveau des pressions à la baisse en raison de la période de maintenance des raffineries et de l'augmentation des stocks aux Etats-Unis, a poursuivi ce délégué du Golfe auprès de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Le baril de Brent de la mer du Nord se traitait mardi légèrement au-dessus de 55 dollars.

"Des incertitudes demeurent, les cours devraient continuer à fluctuer aux alentours de 55-60 dollars", a dit le délégué. "Si vous observez la situation aux Etats-Unis, c'est vraiment difficile, les stocks s'accumulent. Mais si vous observez le marché mondial, les stocks sont orientées à la hausse mais demeurent conformes à leur moyenne sur cinq ans."

Les stocks de brut aux Etats-Unis s'élevaient mi-mars à plus de 458 millions de barils, le plus haut niveau enregistré depuis le début de leur suivi par l'administration fédérale.

(Rania El Gamal; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)