Un rapport prévoit 11.000 à 13.000 postes supprimés à la SNCF

mardi 24 mars 2015 16h06
 

PARIS, 24 mars (Reuters) - Un rapport commandé par le Comité central d'entreprise de la SNCF prévoit entre 11.000 et 13.000 suppressions de postes nettes au sein du groupe ferroviaire d'ici à 2020, a-t-on appris mardi auprès du CCE.

Le rapport a été réalisé par le cabinet Secafi dans le cadre de l'examen par le CCE des orientations stratégiques du groupe qui va réunir la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), comme prévu par la réforme ferroviaire adoptée l'été dernier.

Au vu des conclusions de Secafi, l'ensemble des organisations syndicales ont voté contre les orientations du groupe, a précisé à Reuters Céline Simon, secrétaire du CCE.

Le document prévoit 8.000 suppressions de postes d'ici à 2020 chez "SNCF Mobilité" et 3.000 à 5.000 à "SNCF Réseau", soit 11.000 à 13.000 dans les deux établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic), qui seront chapeautés par l'Epic "SNCF", a confirmé à Reuters Céline Simon.

Ce rapport va plus loin, a-t-elle souligné, que celui présenté en février par un autre cabinet, Degest, qui tablait sur 9.000 suppressions d'emplois au sein du groupe de quelque 150.000 salariés.

Guillaume Pépy, président de la SNCF, avait réfuté ce chiffre, disant parier sur "une SNCF en croissance".

"Ce n'est pas une surprise, ça accentue la stratégie que nous avons connue en 2015", a dit Céline Simon, de la CGT-Cheminots, syndicat qui a dénoncé une réforme ferroviaire menée "à la hussarde" et la recherche d'économies.

"On a interpellé la direction qui n'a pas fourni d'autres chiffres. L'ensemble des organisations syndicales ont voté contre les orientations stratégiques", a-t-elle ajouté.

"Tout est attaqué. De fait est posée aussi la question de l'avenir des lignes capillaires. Degest parlait de la fermeture de 7.500 à 15.000 km de lignes. Le rapport de Secafi ne dément pas le rapport Degest sur ce point."

La SNCF s'est refusée à commenter les chiffres avancés dans le rapport. (Gregory Blachier, édité par Sophie Louet)