Vinci dément des accusations de travail forcé au Qatar

mardi 24 mars 2015 09h45
 

PARIS, 24 mars (Reuters) - Le groupe de BTP Vinci a rejeté mardi des accusations de l'ONG Sherpa, qui a annoncé déposer plainte contre lui pour "travail forcé" et "réduction en servitude" en raison des conditions de travail sur des chantiers au Qatar.

Sherpa, qui se définit comme une association de défense des populations victimes de crises économiques, dénonce dans un communiqué la situation sur les chantiers destinés à la coupe du monde de football de 2022, notamment des accidents du travail fréquents et la confiscation des passeports des ouvriers migrants.

"Cette première action doit ouvrir une brèche et marquer le début de la fin des violations des droits humains par des multinationales au Qatar", déclare Laetitia Liebert, directrice de l'association, dans un entretien au quotidien Le Parisien.

Selon le journal, la plainte a été transmise lundi au parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Un porte-parole de Vinci a indiqué que le groupe n'en n'avait pas été notifié, ajoutant : "Au Qatar, comme dans tous les pays dans lesquels Vinci intervient, le groupe respecte le droit local du travail et les droits fondamentaux."

"Au Qatar, chaque collaborateur de QDVC (filiale qatarie de Vinci) bénéficie d'un libre accès à son passeport et les temps de travail et de repos sont strictement respectés", a précisé le porte-parole dans un courriel à Reuters.

Le fonds souverain Qatari Diar est le deuxième actionnaire de Vinci derrière les salariés, avec 5,3% du capital.

Le Parisien évoque une semaine de 66 heures sur les chantiers. Interviewé par le journal, le directeur général de QDVC, Yanick Garillon, répond que c'est impossible car la durée maximum du travail au Qatar est de 60 heures, mais confirme que les ouvriers travaillent six jours par semaine, les salariés du siège ayant droit à deux jours de repos hebdomadaire.

Laetitia Liebert souligne quant à elle qu'une loi s'impose "pour obliger les multinationales a prévenir tous les dommages graves sanitaires, environnementaux ou les atteintes aux libertés fondamentales".   Suite...