Siemens redoute les effets secondaire de la chute de l'or noir

jeudi 19 mars 2015 12h19
 

FRANCFORT, 19 mars (Reuters) - Siemens s'inquiète du fait que la chute des cours pétroliers décourage les pays exportateurs d'investir dans des infrastructures, a déclaré jeudi son président du directoire Joe Kaeser.

L'action Siemens perdait 2,75% en Bourse de Francfort, à 102,45 euros, plus forte perte de l'indice européen EuroStoxx 50 et deuxième perte d'un indice Dax qui était stagnant.

Siemens a une exposition directe de 8% au secteur pétrolier et gazier et elle augmentera à 11% lorsqu'aura été bouclée l'acquisition du parapétrolier américain Dresser-Rand, a précisé Kaeser.

"Je ne suis pas tant préoccupé par ces 8% que par ce que l'on appelle les effets secondaires", a-t-il dit, évoquant la Russie, l'Opep et les pays d'Asie centrale, qui ont tendance à réduire l'investissement parce que les cours de l'or noir chutent.

Dresser-Rand a annoncé une restructuration d'ampleur le mois dernier, ses clients sabrant leurs investissements en matériel pétrolier dans un tel contexte.

La baisse des prix de l'énergie affecte également les ventes de grosses turbines à gaz de Siemens, la clientèle privilégiant une production électrique décentralisée par des centrales plus petites. (Georgina Prodhan, Wilfrid Exbrayat pour le service français)