Le gouvernement turc maintient la pression sur la banque centrale

dimanche 15 mars 2015 19h10
 

BURSA, Turquie, 15 mars (Reuters) - Le gouvernement turc a maintenu ce week-end la pression sur la banque centrale, plaidant pour un renforcement de sa crédibilité par la voix du ministre des Finances Mehmet Simsek.

L'institution fait l'objet de critiques répétées depuis plusieurs mois, le président Tayyip Erdogan s'exaspérant de ne pas la voir baisser ses taux plus agressivement à l'approche des élections législatives de juin.

Ces ingérences ont eu pour effet d'inquiéter les marchés et de faire dévisser la livre sur les marchés des changes.

La monnaie turque, qui a perdu plus de 10% de sa valeur face au dollar, s'est toutefois reprise ces derniers jour après une rencontre entre Erdogan et le gouverneur de la banque centrale, Erdem Basci, au cours de laquelle ils ont pu s'entretenir de leurs divergences.

S'exprimant samedi lors d'une conférence économique à Bursa, Mehmet Simsek a reconnu que la volatilité des taux de change pouvait avoir des effets négatifs à court terme mais il a ajouté que les élections, avec la victoire attendue du parti au pouvoir AKP, marqueraient la fin de cet épisode.

"Après le scrutin, la Turquie reviendra sur le chemin d'une croissance forte grâce à son programme de réformes et à la stabilité politique", a-t-il déclaré.

L'économie turque a connu un début d'année laborieux mais une croissance de 4% sera possible sur l'ensemble de 2015 à condition que la situation en Europe s'améliore, que les risques géopolitiques s'atténuent et que la demande intérieure progresse, a-t-il ajouté.

La Turquie a enregistré l'an dernier une croissance inférieure à 3%, selon divers responsables, mais l'inflation reste obstinément supérieure à l'objectif de 5% fixé par la banque centrale.

La prochaine décision de politique monétaire est attendue mardi. (Birsen Altayli, Véronique Tison pour le service français)