Un "Grexit" ne serait pas un risque pour l'Italie, dit Padoan

samedi 14 mars 2015 12h08
 

CERNOBBIO, Italie, 14 mars (Reuters) - Si la Grèce devait sortir de la zone euro, cela ne représenterait pas un risque accru pour l'Italie, a affirmé samedi le ministre italien de l'Economie, Pier Carlo Padoan.

"Les risques pour l'Italie n'augmenteraient pas avec un 'Grexit'", a-t-il dit lors d'une conférence financière qui se tient à Cernobbio, dans le nord de l'Italie.

Depuis la victoire du parti de gauche anti-austérité Syriza aux élections législatives grecques, et les difficiles négociations entre le nouvel exécutif en place à Athènes et ses partenaires européens, Padoan assure que l'Italie est à l'abri d'une éventuelle "contagion".

Ses propos se démarquent de la mise en garde de la Commission européenne. Son président, Jean-Claude Juncker, qui recevait vendredi à Bruxelles le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a dit "exclure totalement" un échec des négociations avec Athènes.

Pierre Moscovici, son commissaire aux Affaires économiques, a déclaré pour sa part dans en entretien accordé à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qu'une sortie de la Grèce de la zone euro serait "une catastrophe pour l'économie grecque mais aussi pour la zone euro dans son ensemble". (voir )

Panos Kammenos, ministre grec de la Défense et chef de file des Grecs indépendants, formation de la droite souverainiste alliée à Syriza, affirme lui samedi matin dans le quotidien allemand Bild que si la Grèce venait à renoncer à l'euro, l'Espagne et l'Italie finiraient par en faire de même. (voir ) (Giulio Piovaccari; Henri-Pierre André pour le service français)