Sharp dément vouloir fermer des usines à l'étranger

vendredi 6 février 2015 10h03
 

TOKYO, 6 février (Reuters) - Le groupe japonais d'électronique Sharp a affirmé vendredi ne pas envisager de fermer des usines à l'étranger, démentant ainsi une information de l'agence Kyodo faisant état d'un projet de cession d'une unité de production de télévisions au Mexique l'an prochain.

"Il n'y a pas de considérations spécifiques en cours concernant la vente d'usines à l'étranger, mis à part ce que nous avons déjà annoncé concernant notre production de télévisions en Europe", a déclaré une porte-parole de l'entreprise.

Sharp a quitté le marché européen de la télévision en cédant sa marque en Europe au slovaque Universal Media.

Le groupe japonais a prévenu mardi qu'il subirait sur l'exercice fiscal en cours sa troisième perte annuelle en quatre ans, une concurrence féroce sur les prix sapant son chiffre d'affaires dans les équipements pour smartphones, l'activité sur laquelle le groupe japonais d'électronique comptait appuyer sa croissance.

Sharp a en conséquence annoncé un réexamen stratégique après avoir affiché une perte nette sur le trimestre clos fin décembre. Il a dit s'attendre désormais à une perte nette annuelle de 30 milliards de yens (225 millions d'euros) sur l'exercice fiscal s'achevant fin mars, alors qu'il tablait jusqu'à présent sur un bénéfice du même montant.

Comme d'autres entreprises japonaises de haute technologie, Sharp est confronté depuis plusieurs années à la concurrence agressive de puissants rivaux asiatiques comme le sud-coréen Samsung Electronics ou le chinois Huawei, qui profitent de leur abondance de liquidités pour jouer sur les prix et attirer les clients.

(Ritsuko Ando et Reiji Murai,; Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)