4 février 2015 / 16:14 / il y a 3 ans

LEAD 1-Grèce-Tsipras demande l'aide de Paris pour rendre sa dette viable

(Actualisé avec autres citations, contexte)

PARIS, 4 février (Reuters) - Le nouveau Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a demandé mercredi à Paris que la France joue un rôle prépondérant pour obtenir une inflexion de la politique européenne vers plus de croissance et rendre la dette grecque “viable”.

Lors d‘une déclaration commune à l‘issue d‘un entretien d‘une heure et demie à l‘Elysée, François Hollande a prôné un dialogue “transparent” avec Athènes, où la gauche radicale, anti-austérité, vient de prendre le pouvoir.

Le respect des règles européennes et des engagements pris s‘impose à tous, y compris à la Grèce, a souligné le président français, à l‘heure où la dette grecque dépasse les 320 milliards d‘euros.

Le président français a dit être en accord avec Alexis Tsipras pour que l‘Europe fasse preuve de plus de solidarité et oeuvre en faveur de la croissance.

Le dialogue entre la Grèce et ses partenaires européens doit se dérouler “dans la transparence, la sérénité avec la volonté de déboucher sur un accord”, a-t-il souligné.

Alexis Tripras a assuré de son côté que son pays n‘était “pas une menace pour l‘Europe”.

“Nous devons mener des réformes en Grèce pour que notre pays devienne crédible”, a-t-il dit.

“Nous voulons proposer des solutions qui pourront être mutuellement acceptables”, a-t-il aussi assuré. “La dette doit devenir viable, je suis persuadé que nous pouvons tous travailler en commun.”

“TOUS COLOCATAIRES”

“Tous les pays doivent travailler sur un pied d‘égalité. Dans la zone euro, il n‘y a pas des propriétaires et des locataires, nous sommes tous des colocataires”, a-t-il ajouté à l‘adresse de l‘Allemagne, qui prône une politique budgétaire rigoureuse en Europe et ferme à l‘égard de la dette grecque.

Dans ce contexte, le Premier ministre grec juge que la France doit jouer “un rôle prépondérant, un rôle de garant” pour aider l‘Europe à négocier un “tournant déterminé vers la croissance.”

Depuis les élections grecques, Paris tente de jouer les “traits d‘union” entre Athènes et les dirigeants européens les plus orthodoxes comme l‘Allemagne.

Dans un entretien accordé en début de semaine à Reuters, le ministre français de l‘Economie, Michel Sapin a mis en garde Athènes contre toute tentation d‘opposer Paris et Berlin sur la question de sa dette, déclarant que le règlement de sa crise passait par un accord franco-allemand tout autant que par le respect de ses engagements. (Voir )

Lors de sa visite à Paris, Alexis Tsipras devait d‘entretenir en privé avec le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent. Une réception à l‘hôtel de ville était également prévue à l‘invitation de la maire de la capitale, Anne Hidalgo.

Plus tôt dans la journée, Alexis Tsipras avait rencontré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et celui du Conseil européen, Donald Tusk.

Avant de quitter Bruxelles, il a assuré que son pays n‘entendait pas s‘affranchir des règles de fonctionnement de l‘Union. (Elizabeth Pineau et Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below