February 4, 2015 / 2:08 PM / in 2 years

LEAD 4-Staples acquiert Office Depot pour $6,3 milliards

5 MINUTES DE LECTURE

* Une fusion pour résister aux nouvelles formes de concurrence

* Feu vert probable des autorités antitrust, selon des experts

* Staples perd 11,5% à Wall Street, Office Depot prend 0,5% (Actualisé avec Moody's)

par Yashaswini Swamynathan et Devika Krishna Kumar

4 février (Reuters) - Staples le numéro un américain des fournitures de bureau, a annoncé mercredi le rachat du numéro deux Office Depot pour 6,3 milliards de dollars (5,5 milliards d'euros), une opération destinée à renforcer les deux distributeurs spécialisés face à de nouvelles formes de concurrence.

La Federal Trade Commission, l'autorité antitrust américaine, donnera vraisemblablement son feu vert à ce mariage compte tenu de l'évolution du secteur depuis 1997, quand elle s'était opposée à un précédent projet de fusion, estiment des experts.

La FTC a approuvé en 2013 l'acquisition d'OfficeMax par Office Depot, pour 976 millions de dollars, sans exiger de fermeture de magasins, en jugeant précisément que la concurrence s'était accrue dans le secteur avec la percée des distributeurs en ligne comme Amazon ou les grandes chaînes de supermarchés qui proposent à présent des fournitures de bureau à un prix souvent moins cher.

"Les facteurs cités par la FTC pour approuver le deal Office Depot/Office Max sont toujours d'actualité", constate Seth Bloom, un ancien de la division antitrust du département de la Justice aujourd'hui consultant privé. "Je pense qu'il y a de bonnes chances que la fusion soit autorisée."

Staples, qui précise que l'opération a été approuvée à l'unanimité des conseils des deux entreprises, prévoit de verser 7,25 dollars en numéraire et 0,2188 action par titre Office Depot.

L'offre valorise l'action Office Depot à 11 dollars, soit une prime de 18,5% par rapport à son cours de clôture de 9,28 dollars de mardi.

Par rapport à la clôture de lundi, avant la publication d'un article du Wall Street Journal faisant état d'une fusion imminente, la prime atteint 44%.

Staples Paie Le Prix Fort

Ce prix est cependant jugé élevé par les analystes, ce qui explique que Staples perde près de 11,5% à Wall Street en fin de séance, à 16,83 dollars, tandis qu'Office Depot s'apprécie très légèrement, de 0,48% à 9,32 dollars.

Staples paie "plus qu'un bon prix" pour Office Depot et va lourdement s'endetter pour racheter un concurrent sur un marché pas spécialement dynamique, observe Brian Yarbrough, analyste chez le broker Edward Jones.

Le groupe va contracter pour 4,3 milliards de dollars de nouvelles dettes pour financer l'acquisition, suspendant au passage son programme de rachat d'actions.

La dégradation de son profil financier a amené l'agence Standard & Poor's à placer dès mercredi sa note "BBB-" sous surveillance négative, en vue d'un possible abaissement en catégorie "junk". Moody's, dont la note sur Staples est actuellement à "Baa2", a rapidement suivi en annonçant qu'elle la plaçant sous surveillance et pourrait l'abaisser de deux crans, ce qui la ramènerait également en catégorie spéculative.

Le fonds activiste Starboard Value avait prôné le mois dernier une fusion entre Staples et Office Depot, en jugeant qu'un mariage permettrait de réaliser des économies substantielles. Il est revenu à la charge mardi, relançant les spéculations sur un rapprochement.

Starboard était actionnaire de Staples à hauteur de 5,1% et détenait près de 10% d'Office Depot, selon un décompte datant de décembre. Depuis lors, l'action d'Office Depot s'était appréciée de 38% et celle de Staples de 28% dans l'anticipation d'un accord.

Staples a précisé que les discussions avec Office Depot avaient débuté en septembre et a formé l'espoir de boucler l'opération avant la fin 2015, avec en ligne de mire des synergies d'au moins un milliard de dollars par an à partir de la troisième année pleine.

Il a toutefois averti qu'il annulerait la transaction si les autorités de la concurrence ordonnaient des cessions d'actifs représentant plus de 1,25 milliard de dollars de son chiffre d'affaires 2014.

En cas d'annulation du projet, Office Depot touchera une indemnité de rupture de 250 millions de dollars. (Yashaswini Swamynathan et Devika Krishna Kumar à Bangalore, Natalie Harrison et Michael Gambale à New York, Benoit Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below