Etat de grâce dans son pays pour le Premier ministre grec

mardi 3 février 2015 18h19
 

par Renee Maltezou et Deepa Babington

ATHENES, 3 février (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui a formé son gouvernement il y a une semaine et semble bien décidé à tenir ses promesses de campagne contre l'austérité, connaît un véritable état de grâce dans son pays.

Un sondage mené la semaine dernière pour le journal Parapolitika montre que 68% des Grecs sont satisfaits de lui comme chef du gouvernement. Environ la moitié des mille personnes interrogées disent espérer en l'avenir, tandis que 45% demeurent inquiètes.

Selon une autre enquête de Public Issue pour Avgi, l'organe du parti Syriza de Tsipras, 50% des Grecs se disent soulagés par l'arrivée au pouvoir du parti de la gauche radicale, et 26% sont indifférents.

Près de 70% sont convaincus que Syriza était tout à fait prêt à prendre les rênes du pouvoir.

La nouvelle équipe se veut près du peuple. Plusieurs ministres, souvent sans cravate, comme Tsipras, se sont rendus à leurs bureaux la semaine dernière au volant de leur propre voiture, se passant ostensiblement d'un chauffeur et râlant devant les caméras contre les bouchons.

Les barricades qui avaient été érigées devant le parlement pour contenir les manifestants ont été enlevées. Lors d'une manifestation le week-end dernier, la police anti-émeute n'est pas apparue.

Le gouvernement n'a pas attendu pour annoncer des mesures fortes, prévues dans son programme: hausse du salaire minimum, suspension de certaines privatisations, réintégration de fonctionnaires licenciés, rétablissement d'une prime de Noël pour les retraites les plus basses.

  Suite...