Martin Schulz encouragé par ses entretiens avec Tsipras à Athènes

jeudi 29 janvier 2015 16h52
 

ATHENES, 29 janvier (Reuters) - Premier responsable européen de premier plan à se rendre à Athènes depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir, le président du Parlement européen, Martin Schulz, s'est dit encouragé par la teneur des échanges qu'il a eus jeudi avec Alexis Tsipras.

Le dirigeant social-démocrate allemand s'est félicité des "signaux" envoyés par le nouveau gouvernement grec qui, dit-il, cherche une solution commune dans sa volonté de renégocier les termes des programmes d'aide financière conclus entre les gouvernements précédents et la "troïka" (UE, BCE et Fonds monétaire international).

"Je vais le dire très directement: dans le débat public en Europe, la peur mais aussi l'impression existent que Tsipras veut agir unilatéralement. Mais j'ai vu que le gouvernement Tsipras ne pense pas à agir seul, il veut faire des propositions et il veut que ces propositions soient discutées avec ses partenaires", a-t-il dit à la presse à l'issue de sa rencontre avec le nouveau Premier ministre.

"Je pense que c'est un très bon message", a-t-il poursuivi.

Martin Schulz a observé que de nombreux points nécessiteraient de nouvelles discussions mais a ajouté que le gouvernement grec lui semblait vouloir des discussions sincères.

Vendredi, ce sera au tour de Jeroen Dijsselbloem, le président néerlandais de l'Eurogroupe, de faire le voyage à Athènes, où il s'entretiendra avec Tsipras et son ministre des Finances, Yanis Varoufakis. "Les négociations avec nos partenaires commencent avec cette visite et mèneront à un accord viable et complet pour reconstruire notre économie sociale", a indiqué le ministère grec des Finances.

Dans le cadre de ces prises de contact et de ces premières discussions, Yanis Varoufakis se rendra pour sa part dimanche à Londres, où il rencontrera son homologue britannique George Osborne et des investisseurs, puis lundi à Paris, où il discutera avec les ministres des Finances et de l'Economie Michel Sapin et Emmanuel Macron. Mardi, il sera à Rome. (voir ) (James Mackenzie; Henri-Pierre André pour le service français)