Givaudan s'attend à une croissance stable du chiffre d'affaires

jeudi 29 janvier 2015 11h59
 

ZURICH, 29 janvier (Reuters) - Le suisse Givaudan, premier producteur mondial de fragrances et de saveurs, a invoqué jeudi un contexte économique difficile pour prévoir une croissance de son chiffre d'affaires en 2015 probablement identique à celle de 2014, sous la fourchette d'objectif définie pour la période 2010-2015.

L'entreprise, basée à Genève, a profité depuis des années de la forte demande en provenance des pays émergents pour les cosmétiques et les plats préparés mais la croissance a récemment marqué le pas sur ces marchés.

Son chiffre d'affaires a progressé de 3,7% l'an dernier, soit moins que l'objectif de moyen terme d'une croissance comprise entre 4,5% et 5,5%, à 4,4 milliards de francs suisses (4,24 milliards d'euros). Ce résultat implique un ralentissement au cours du quatrième trimestre.

"Nous anticipons que les conditions de marché resteront identiques cette année. Les déclarations récentes de nos principaux clients vont dans le même sens (...) cela a été difficile l'an dernier et ce sera difficile cette année", a dit le directeur général Gilles Andrier à Reuters au téléphone.

La croissance dans les pays émergents a ralenti à 7,0% sur l'ensemble de l'année 2014, après 8,3% sur les neuf premiers mois et 9,7% en 2013.

"Le ralentissement a beaucoup à voir avec la Chine, particulièrement pour les fragrances, et avec l'Asie du Sud-Est aussi bien pour les fragrances que pour les saveurs", a dit Gilles Andrier, en jugeant que Givaudan était en mesure d'atteindre son objectif de croissance moyenne annuelle sur les cinq années.

Le bénéfice net a progressé de 15% à 563 millions de francs suisses en 2014, ce qui est conforme au consensus Reuters. Givaudan proposera un dividende de 50 francs par action, soit 6,4% de plus que l'an dernier mais légèrement moins que les attentes des analystes.

Gilles Andrier a déclaré que la récente flambée du franc suisse ne devrait pas affecter la rentabilité de Givaudan. "En tant que groupe mondial, nous bénéficions d'une sorte de protection naturelle. Mais il y a un effet de diffusion, qui a eu un impact sur le cours de notre action", a-t-il dit.

Le titre, qui a bondi de plus de 40% l'an dernier, effaçait ses pertes initiales et gagnait 0,79% à 1.664 francs suisses à 10h40 GMT à la Bourse de Zurich, surperformant l'indice européen du secteur de la chimie, en recul de 0,34%. (Silke Koltrowitz; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)