25 janvier 2015 / 17:38 / il y a 3 ans

LEAD 4-Syriza tout près de la majorité absolue en Grèce

* Syriza crédité de 36,5% des voix par les projections officielles

* Il pourrait avoir la majorité absolue en sièges

* Des négociations avec UE et FMI devraient débuter rapidement

* Syriza veut alléger la charge de la dette et l'austérité (actualisé avec réaction des Indépendants grecs)

par Renee Maltezou et Deepa Babington

ATHENES, 25 janvier (Reuters) - Le parti anti-austérité Syriza est en passe de remporter une très nette victoire aux élections législatives en Grèce et pourrait même décrocher la majorité absolue des sièges, l'objectif qu'il s'est fixé pour négocier un allégement de la charge de la dette et des mesures d'austérité.

Avec 36,5% des voix selon les premières projections officielles, Syriza obtiendrait de 149 à 151 sièges sur 300, a déclaré Michalis Kariotoglou, un responsable de Singular Logic, la société privée qui traite les résultats pour le compte du ministère de l'Intérieur.

Il a précisé que sa société tablait sur 150 sièges mais avec une marge d'erreur de 0,5 point.

"Il y a un énorme suspense sur la majorité absolue", a dit . "Il se peut qu'il faille attendre le décompte de la totalité des voix."

Les résultats définitifs du scrutin dépendront pour une bonne part des bulletins encore à dépouiller dans la région d'Athènes, où vivent un peu moins des 11 millions de Grecs.

Les conservateurs de Nouvelle Démocratie, le parti du Premier ministre sortant Antonis Samaras, sont crédités de 27,7%, soit près de neuf points de retard sur Syriza.

Elément important, selon ces premières projections, le Mouvement des démocrates socialistes (MDS) de l'ex-Premier ministre George Papandreou n'atteindrait pas le seuil de 3% des voix nécessaire pour être représenté au Parlement.

Son échec pourrait aider Syriza à décrocher la majorité absolue car le pourcentage des voix nécessaire pour y parvenir dépend du score des partis non représentés.

L'Aube dorée, d'extrême droite, est donnée troisième par les projections avec 6,3% des suffrages devant le nouveau mouvement centriste To Potami (5,9%) et les communistes du KKE (5,6%). Au total, sept partis devraient être représentés à la Vouli.

"UN 'NON' À L'AUSTÉRITÉ UNILATÉRALE"

Si les premières projections sont confirmées, le chef de file de Syriza, Alexis Tsipras, 40 ans, pourrait devenir Premier ministre et entamer rapidement des pourparlers avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) sur un réaménagement du fardeau de la dette et les conditions du versement des plus de sept milliards d'euros d'aides financières dont la Grèce a besoin au cours des mois à venir.

Sans attendre, des partisans de Syriza sont descendus dans les rues d'Athènes dimanche soir, certains en pleurs et brandissant le drapeau grec, en reprenant le slogan du parti: "L'espoir est en marche".

"Ce vote est un 'non' à l'austérité unilatérale, un 'non' à une Europe qu'ils ont essayé de transformer en punching-ball pour Merkel", a déclaré Dimitris Papadimoulis, l'un des dirigeants de Syriza, à la chaîne de télévision Mega.

Antonis Samaras a admis sa défaite et dit respecter la décision du peuple grec. "Le peuple grec a parlé et nous respectons leur décision", a-t-il dit à la télévision.

S'il n'obtient pas la majorité absolue, le parti d'Alexis Tsipras pourrait ouvrir des négociations pour former une coalition avec un ou plusieurs petits partis comme To Potami, les socialistes du Pasok ou les Indépendants grecs (anti-austérité).

"L'écart important entre Syriza et Nouvelle Démocratie est une surprise parce qu'il dépasse toutes les prévisions, qui donnaient un écart à un chiffre", a commenté Dimitris Mardas, professeur à l'université de Macédoine.

Les Indépendants grecs ont fait savoir qu'ils soutiendraient la formation d'un gouvernement anti-austérité. "Les Grecs ont aujourd'hui fait le choix de l'indépendance et de l'espoir plutôt que celui de la peur", a déclaré leur chef de file Panos Kammenos.

"LES NÉGOCIATIONS ONT DÉJÀ COMMENCÉ"

Même si Alexis Tsipras a promis de maintenir son pays dans la zone euro et s'il a modéré son discours ces dernières semaines, son accession au pouvoir constituerait la remise en cause la plus marquée à ce jour de la méthode de gestion de crise adoptée par l'Union ces dernières années.

Les pourparlers avec l'UE et le FMI devraient porter avant tout sur les conditions du remboursement de la dette publique grecque, qui atteint quelque 320 milliards d'euros, soit plus de 175% du produit intérieur brut (PIB).

Syriza veut aussi remettre en cause certaines des mesures d'austérité des dernières années, en relevant le salaire minimum, en réduisant certaines taxes ou encore en revenant sur les coupes dans les pensions de retraite.

En six ans de crise, le PIB grec a chuté de près d'un quart et le taux de chômage dans le pays dépasse toujours 25%.

L'euro était en baisse en début de séance en Asie après la publication des sondages sortie des urnes, autour de 1,1150 dollar, non loin du plus bas de plus de 11 ans touché vendredi (1,1115 dollar).

En Allemagne, Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, la banque centrale nationale, a déclaré dimanche soir à la chaîne de télévision ARD qu'il était "dans l'intérêt du gouvernement grec de faire le nécessaire pour s'attaquer aux problèmes structurels".

Pour Panos Skourletis, porte-parole de Syriza, ces propos "confirment que les négociations ont déjà commencé".

Avant le scrutin, des responsables de Syriza ont expliqué que leur priorité en cas de victoire serait d'obtenir une suspension de six mois de l'application du plan d'aide international censé s'achever le 28 février, afin de donner du temps aux discussions.

La Grèce est encore incapable de se lever des capitaux sur les marchés mais elle n'a pas de besoins de financement immédiats. En revanche, quelque 10 milliards d'euros de dettes arriveront à échéance au cours de l'été. Sans aide extérieure, Athènes risquerait donc un défaut. (avec Renee Maltezou, George Georgiopoulos, Lefteris Papadimas et Lefteris Karayannopoulos; Guy Kerivel, Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below