Le président de la Bundesbank critique le programme de la BCE

dimanche 25 janvier 2015 03h04
 

BERLIN, 25 janvier (Reuters) - Le président de la Bundesbank Jens Weidmann a exprimé des doutes sur l'efficacité du programme de rachat d'actifs annoncé jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) destiné à relancer l'activité économique en Europe.

Dans un entretien au Welt am Sonntag, Jens Weidamnn qui fait partie du conseil des gouverneurs de la BCE a précisé qu'il avait voté contre ce programme.

Il estime que la faiblesse de la croissance au sein de l'Union européenne est d'abord liée au degré élevé d'endettement et au manque de compétitivité de certains pays membres. "Il appartient aux gouvernements concernés de corriger cela", a-t-il dit.

"Il est difficile d'estimer les effets que cela pourra avoir mais il est probable qu'ils seront moindres que ceux connus aux Etats-Unis", explique-t-il faisant référence aux mesures prises par la Réserve fédérale après la crise financière de 2008.

"Le niveau des taux d'intérêt était bien plus élevé aux Etats-Unis lorsque cela a commencé. De plus, les entreprises américaines ont plus fréquemment recours aux marchés pour se financer et les achats de la banque centrale ont de fait un impact plus direct chez eux que dans une économie (plus largement) financée par les banques".

Jens Weidmann avait déjà fait part de son scepticisme samedi dans le quotidien à grand tirage Bild, estimant que ce programme allait réduire la pression qui pesait sur la France et sur l'Italie afin de conduire des réformes.

Selon lui, le programme de la BCE, qualifié "d'instrument de politique monétaire anormal", ne constitue pas un "tournant" mais il n'en demeure pas moins "une décision grave".

La décision de la Banque centrale européenne comporte, à ses yeux, "des désavantages et des risques" pour la monnaie unique.

"Les taux d'inflation sont, bien sûr, très bas en ce moment mais cette tendance à la baisse est liée à la faiblesse des prix pétroliers", explique-t-il. "De nombreux signes montrent que ces taux d'inflation extrêmement bas ne sont que temporaires".   Suite...