** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la mi-séance en Europe **

vendredi 23 janvier 2015 13h27
 

* Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris 
    * Les valeurs à suivre à Wall Street : 

    PARIS/LONDRES, 23 janvier (Reuters) - Les Bourses européennes ont accentué
leurs gains vendredi à mi-séance et sont en passe de réaliser leur plus forte
hausse en deux semaines de ces cinq dernières années, dopées par le vaste plan
de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE) qui avait été
largement anticipé par les investisseurs. 
    Wall Street est attendue stable ou en petite hausse après avoir également
salué la veille cette décision historique de la BCE, qui relance l'appétit pour
le risque et fait chuter l'euro à un nouveau plus bas de plus de 11 ans.
    Le président de la BCE, Mario Draghi, a annoncé que la BCE s'engagerait en
mars dans un plan d'assouplissement quantitatif (QE), qui revient à créer de la
monnaie pour acheter des dettes souveraines. La BCE va injecter 60 milliards
d'euros par mois dans l'économie de la zone euro, au moins jusqu'en septembre. 
    "L'effet du QE est déjà là, regardez l'euro", dit Alexandre Baradez,
responsable de l'analyse chez IG France. "Sa chute a été spectaculaire. Cela
donnera un sérieux coup de pouce aux exportations et confortera la confiance des
chefs d'entreprises. Les industrielles sont parmi les grandes gagnantes."    
    À Paris, l'indice CAC 40 gagne 2,1% à 4.648,99 points vers 12h15
GMT, à ses plus hauts niveaux en six ans et demi. À Francfort, le Dax 
prend 1,9% et à Londres, le FTSE 0,2%, freiné par la baisse des valeurs
minières avec le raffermissement du dollar. L'indice paneuropéen FTSEurofirst
300 gagne 2,08% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 2,1%. 
    La Bourse d'Athènes mène la hausse, avec un gain de près 5,85%,
malgré l'incertitude avant les élections législatives anticipées de dimanche.
Les valeurs bancaires grecques sont en tête des hausses de l'indice paneuropéen
Stoxx 600. Attica Bank, National Bank of Greece et
Piraeus Bank prennent toutes entre 10,5% et 12%.   
    Parmi les valeurs cycliques, l'automobile, considérée comme un des
secteurs susceptibles de profiter le mieux de la baisse de l'euro, figure parmi
les plus fortes hausses avec un gain de 2,75% de son indice. Le secteur de
l'alimentation et des boissons gagne 3,7%, plus forte hausse
sectorielle. 
    Le secteur des télécoms gagne 2,42% après le feu vert des
actionnaires de Portugal Telecom SGPS à la vente de ses actifs
portugais à Altice et l'annonce que Hutchison Whampoa est
entré en négociations exclusives avec Telefonica pour lui racheter O2,
sa filiale mobile en Grande-Bretagne.  
    Altice gagne 5,5% et Telefonica avance de 3,13%. 
    En revanche, Thales perd 3,2% après un avertissement sur des
résultats. 
    L'action du câblo-opérateur allemand Tele Columbus, toute première
introduction européenne de l'année, est en nette hausse pour son entrée à la
Bourse de Francfort, profitant de l'élan donné au marché par les dernières
annonces de la Banque centrale européenne (BCE). 
    L'euro poursuit sa glissade et se traite sous 1,12 dollar pour la premmière
fois en plus de 11 ans. L'évolution de l'euro est maintenant suspendue aux
élections grecques où le parti de anti-austérité Syriza est donné gagnant.
    L'ensemble des rendements des dettes souveraines de la zone euro tombent à
des plus bas record en perspective des achats massifs de la BCE.
    Les cours du pétrole brut restent orientés en hausse en raison de
l'incertitude provoquée par le décès du roi Abdallah d'Arabie saoudite et
l'accession au trône de son frère Salman. 
    Le Brent reprend un dollar à plus de 49,50 dollars, tandis que l'or 
retombe par rapport à son pic de cinq mois à 1.300 dollars l'once atteint la
veille.     
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 

 (Avec Blaise Robinson et Blaise Robinson, Juliette Rouillon pour le service
français, édité par Bertrand Boucey)