Europe/PMI-2015 débute mieux que prévu avec des baisses de prix

vendredi 23 janvier 2015 10h38
 

PARIS/BERLIN/LONDRES, 23 janvier (Reuters) - Principaux
résultats provisoires des enquêtes Markit auprès des directeurs
d'achat en Europe publiés vendredi:
    
    ZONE EURO-INDICE COMPOSITE À UN PIC DE CINQ MOIS 
    LONDRES -  L'activité du secteur privé dans la zone euro a
démarré l'année 2015 sur une note plus vigoureuse que prévu mais
les entreprises ont dû continuer à baisser leurs prix, montrent
vendredi les premiers résultats des enquêtes mensuelles Markit
auprès des directeurs d'achat.
    Les entreprises de la zone euro ont baissé leurs prix au
rythme le plus rapide en cinq ans ce mois-ci, une tendance qui
soutient la décision annoncée jeudi par la Banque centrale
européenne de lancer un vaste programme de rachats d'actifs pour
redresser l'inflation. 
    L'indice PMI "flash" composite a atteint un pic de cinq mois
à 52,2 contre 51,4 en décembre. Les économistes et analystes
interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de
51,8. L'indice est pour le 19e mois d'affilée au-dessus du seuil
de 50 qui marque la limite entre contraction et croissance.
    L'indice des services est remonté à 52,3 après 51,6 en
décembre, dépassant le consensus qui le donnait à 52, et celui
du secteur manufacturier a atteint 51,0 après 50,6, un niveau
conforme aux attentes.
    "Nous nous éloignons des plus bas touchés vers la fin de
l'année, mais le rythme effectif de croissance qui est signalé
reste modéré", note Rob Dobson, économiste de Markit.
    Pour lui, ces chiffres suggèrent une croissance de 0,2% au
premier trimestre dans la zone euro, légèrement moins que
l'estimation de 0,3% avancée dans le cadre d'une enquête Reuters
publiée la semaine dernière.
    L'indice des prix facturés est tombé à 46,9, son plus bas
depuis février 2010, un chiffre qui fait suite à une baisse des
prix à la consommation de 0,2% en décembre, en territoire
négatif pour la première fois depuis 2009.

    ALLEMAGNE-ACCÉLÉRATION DE LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ
    23 janvier - La croissance du secteur privée s'est accélérée
en janvier en Allemagne, une embellie nuancée par le léger
ralentissement observé dans le secteur manufacturier.
    L'indice PMI composite auprès des directeurs d'achat calculé
par l'institut Markit, qui regroupe secteur manufacturier et
services, s'est établi en janvier à 52,6 en version "flash",
après 52,0 en version définitive en décembre.
    Il est pour le 21e mois consécutif au-dessus du seuil de 50
séparant contraction et croissance de l'activité.
    L'indice du secteur manufacturier a en revanche légèrement
reculé, passant de 51,2 à 51,0, ce qui est inférieur au
consensus de Reuters, à 51,7.
    La situation est inverse pour les services, avec un indice
de 52,7 supérieur à la fois au mois précédent (52,1) et au
consensus Reuters (52,5).
    "Ce que nous pouvons constater dans le secteur manufacturier
est la répercussion de la faiblesse des pays voisins", a déclaré
Rob Dobson, économiste chez Markit, en soulignant que les
entreprises allemandes insistaient également sur la faible
croissance en Asie et sur les tensions avec la Russie en raison
de l'Ukraine.
    Il juge possible que l'Allemagne atteigne cette année le
même taux de croissance économique qu'en 2014, soit 1,5%.
    
    FRANCE-NOUVELLE CONTRACTION DU SECTEUR PRIVÉ
    23 janvier - L'activité dans le secteur privé s'est une
nouvelle fois légèrement contractée en France en janvier, selon
les premières estimations "flash" des indices Markit des
directeurs d'achats publiées vendredi.
    L'indice PMI composite, qui combine les secteurs de
l'industrie et les services, s'inscrit à 49,5, après 49,7 en
décembre, restant sous la barre de 50 séparant les zones de
contraction et d'expansion de l'activité.
    L'indice est inférieur à 50 depuis le mois d'avril 2014.
    L'indice des seuls services a reculé à 49,5, après 50,6 en
décembre. Les 21 analystes interrogés par Reuters attendaient en
moyenne un indice des services à 50,7.
    L'indice du secteur manufacturier a quant à lui progressé à
49,5, après 47,5 en décembre, atteignant son plus haut niveau
depuis mai 2014. Les analystes tablaient en moyenne sur un
indice manufacturier à 48,1.