Les marchés n'attendent pas de miracle de la BCE sur l'inflation

lundi 19 janvier 2015 17h48
 

par Marius Zaharia

LONDRES, 19 janvier (Reuters) - A trois jours de la possible annonce par la Banque centrale européenne (BCE) d'un nouveau plan d'assouplissement monétaire, les marchés financiers ne semblent lui prêter qu'une capacité limitée à faire remonter l'inflation vers son objectif d'ici dix ans.

La BCE pourrait annoncer jeudi son intention de racheter pour plusieurs centaines de milliards d'euros d'obligations d'Etat, dans le but de favoriser la remontée des prix. Mais sur les marchés, les anticipations d'inflation restent orientées à la baisse.

Le principal facteur d'évolution des prix ces derniers mois a été la chute de 60% des cours du pétrole, qui a pris investisseurs et responsables économiques par surprise et qui se répercute progressivement sur les prix d'une large gamme de produits et de services.

Parallèlement, les anticipations d'inflation dans la zone euro ont reculé au même rythme que dans d'autres régions, notamment aux Etats-Unis, où la Réserve fédérale se prépare, contrairement à la BCE, à durcir sa politique.

Certains expliquent ce mouvement par le fait que les investisseurs commencent à douter de l'efficacité de l'assouplissement quantitatif (QE). Et quelques uns s'interrogent sur la crédibilité même de la BCE.

Le point mort d'inflation à cinq ans dans cinq ans , principal baromètre des anticipations d'évolution des prix par les marchés, a baissé de 60 points de base sur les six derniers mois et de 20 points depuis le début du mois.

Ce contrat, qui permet de mesurer aujourd'hui à quel niveau les investisseurs s'attendent à voir en 2020 la prévision d'inflation pour 2025, évolue à des plus bas records, autour de 1,5%, donc nettement en dessous de l'objectif de la BCE d'une inflation inférieure à mais proche de 2%.

Son équivalent américain se traite actuellement à 2,17%, contre 2,33% en décembre et 2,80-2,90% il y a six mois.   Suite...