Jordan (BNS) justifie sa décision, juge la réaction excessive

samedi 17 janvier 2015 01h17
 

GENEVE, 17 janvier (Reuters) - La réaction à la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abandonner le cours plancher du franc suisse a été excessive, a déclaré le président de la banque centrale Thomas Jordan dans un entretien accordé au Temps et Neue Zürcher Zeitung

"Nous constatons des excès importants sur les taux de changes actuels", a-t-il dit aux organes de presse suisses, ajoutant que la banque était bien consciente que sa décision inattendue pouvait avoir un fort impact et que cela pourrait prendre quelque temps aux marchés pour trouver un équilibre.

La BNS a pris les marchés par surprise jeudi en annonçant l'abandon du cours plancher du franc suisse de 1,20 pour un euro, ce qui a fait bondir le franc face à la devise européenne et entraîné une chute des titres des grands groupes helvétiques, dont les ventes à l'export risquent de souffrir.

Thomas Jordan a dit que la BNS était convaincue depuis quelques jours qu'avec la divergence croissance des politiques monétaires, il deviendrait impossible de préserver ce plancher.

"Si la BNS avait poursuivi cette politique, elle risquait de perdre le contrôle de sa politique monétaire de long terme."

"Mais il est important que l'économie ne réagisse pas de façon excessive et qu'elle analyse la nouvelle situation de manière approfondie. Il faut se rappeler que le cours plancher était une mesure exceptionnelle et temporaire dès le départ. Il devait être abandonné à un moment ou un autre", a-t-il dit. (Tom Miles, Juliette Rouillon pour le service français)