** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

vendredi 16 janvier 2015 18h07
 

PARIS, 16 janvier (Reuters) - Les principales Bourses européennes, soutenues par Wall Street et la remontée du cours des matières premières, ont terminé en nette hausse vendredi après la publication d'une enquête sur la confiance du consommateur américain qui a relégué au second plan l'onde de choc provoquée la veille par la Banque nationale suisse avec l'abandon du cours plancher du franc.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 56,42 points, soit 1,31% à 4.379,62 points. Le Footsie britannique a pris 0,79% et le Dax allemand 1,35%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 gagnait 1,42% et le FTSEurofirst 300 1,01%, après avoir touché en séance son plus haut niveau depuis mi-septembre.

Le Dax, lui, a inscrit un nouveau record historique à 10.207,97. Le précédent datait du 5 décembre.

Sur la semaine, le CAC 40 a gagné 4,8%, soit la plus forte hausse hebdomadaire depuis la semaine se terminant le 27 avril 2013. Le FTSEurofirst 300 a pris 4,37%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était orientée à la hausse, le Dow Jones gagnant 0,18%, le S&P-500 0,42% et le Nasdaq 0,44%, à la faveur de la publication de l'indice Michigan. La confiance du consommateur américain s'est améliorée début janvier pour atteindre son plus haut niveau depuis 11 ans, selon les premiers résultats de cette enquête mensuelle..

La décision inattendue de la BNS jeudi d'arrêter de contenir la hausse du franc suisse a toutefois entraîné sur les marchés de la volatilité et un climat d'aversion au risque favorisant les valeurs refuges.

L'indice SMI de la Bourse de Zurich a abandonné 5,96%, au plus bas depuis décembre 2013. Il a fondu de 14% en deux séances.

Sur le plan macroéconomique, la confirmation vendredi d'une inflation négative en décembre dans la zone euro renforce aux yeux des investisseurs la probabilité du lancement d'un programme d'achat de dettes souveraines de la part de la Banque centrale européenne, peut-être dès sa réunion de jeudi prochain.

Cette perspective contribue également à affaiblir l'euro, tombé en séance sous 1,15 dollar pour la première fois depuis 11 ans et demi.   Suite...