LEAD 2-Plombé par la BNS, le courtier FXCM sauvé par Jefferies

samedi 17 janvier 2015 00h51
 

(Actualisé avec détails, prêt de Jefferies, reprise de cotation)

NEW YORK, 16 janvier (Reuters) - Le spécialiste américain du courtage de devises pour les investisseurs individuels FXCM , dont la survie était menacée après des pertes de plus de 200 millions de dollars (173 millions d'euros) subies par ses clients la veille en raison de l'envolée du franc suisse, se voit renfloué via un prêt de 300 millions de dollars de la banque d'investissement Jefferies.

Leucadia National, maison mère de Jefferies, accorde à FXCM ce prêt garanti sur deux ans à un taux initial de 10%, ont annoncé les deux sociétés vendredi en fin de séance à Wall Street. L'accord prévoit aussi de donner à Leucadia un pourcentage non précisé d'une vente éventuelle de FXCM.

La cotation du titre à Wall Street a été suspendue par le New York Stock Exchange alors que le cours indicatif la donnait en recul de 88% et n'a pas coté pendant la séance officielle. La cotation a repris dans les échanges électroniques après Bourse, où le titre a légèrement limité ses pertes, tout en chutant encore de 70% par rapport à sa clôture de jeudi, à 3,81 dollars.

FXCM a expliqué jeudi qu'en raison de la volatilité de la parité euro/franc après la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abandonner le cours plancher de 1,20 franc pour un euro, "les clients ont subi d'importantes pertes se traduisant par des soldes négatifs dus à FXCM d'environ 225 millions de dollars".

En conséquence, a-t-il ajouté, il pourrait ne plus respecter certaines obligations réglementaires de fonds propres.

"Le soutien de Leucadia et ce financement sont de loin la meilleure alternative pour FXCM, nos clients, nos actionnaires et tous les principaux intéressés", a dit Drew Niv, directeur général de FXCM en annonçant cet accord conclu en urgence.

A Washington, une porte-parole de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) avait auparavant déclaré que l'autorité de régulation surveillait l'évolution du dossier, sans plus de précision.

"Le temps est le facteur clé, les autorités de régulation ayant tendance à se montrer impatientes lorsque les obligations de fonds propres ne sont plus respectées. Nous pensons qu'n l'absence d'une augmentation de capital dans la journée, FXCM ne sera pas en mesure de poursuive ses activités", a souligné pour sa part Credit Suisse dans une note à ses clients.

FXCM n'est pas le seul courtier à avoir subi de lourdes pertes suite à la décision de la BNS d'abandonner son taux plancher qui a pris tous les intervenants de court et entraîné jeudi une chute de l'euro jusqu'à 30% face au franc. (Gertrude Chavez, Mike Stone, Jessica Toonkel et Suzanne Barlyn à New York, Douwe Miedema à Washington, Marc Angrand et Juliette Rouillon pour le service français)