France-L'Etat doit faire des choix dans ses missions-Migaud

jeudi 15 janvier 2015 11h51
 

PARIS, 15 janvier (Reuters) - La France doit faire des choix dans les missions de l'Etat et des collectivités publiques pour redresser ses finances, a déclaré jeudi le premier président de la Cour des comptes.

Didier Migaud a souligné que la hausse continue de la dette publique était moins au centre des débats, du fait du recul des coûts d'emprunt. Mais "cette situation paradoxale ne durera pas éternellement", a-t-il dit lors de l'audience solennelle de rentrée de la Cour.

La France est en difficulté au niveau européen pour n'avoir pas respecté ses engagements en matière de redressement de ses finances publiques.

Le déficit public devrait avoir atteint 4,4% du produit intérieur brut en 2014 et le gouvernement prévoit de le ramener à 4,1% fin 2015, toujours loin de la limite européenne de 3%.

L'Etat, les administrations de sécurité sociale et les collectivités territoriales doivent tous contribuer au redressement des comptes, a insisté Didier Migaud.

"Des choix sont nécessaires", a-t-il ajouté.

"Ces choix devraient d'abord porter sur les missions des collectivités publiques", a-t-il poursuivi, jugeant que "la question se pose notamment des domaines dans lesquels l'action de l'Etat est prioritaire, légitime, utile et pertinente".

"L'Etat ne peut pas se permettre de poursuivre des missions dont l'utilité n'est plus démontrée", a ajouté Didier Migaud, et "il ne peut pas rester organisé comme il a pu l'être au XXe, voire au XIXe siècle".

Le premier président de la Cour des comptes a souhaité que la revue des missions engagée par le gouvernement produise des résultats.

Il a aussi a jugé "décisifs" les futurs débats parlementaires sur la nouvelle organisation territoriale, souhaitant que l'intérêt général l'emporte et non "les intérêts locaux ou les intérêts particuliers ou les corporatismes". (Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet)