Une délégation française bientôt en Inde pour parler du Rafale

mercredi 14 janvier 2015 16h25
 

NEW DELHI, 14 janvier (Reuters) - Une délégation française est attendue à New Delhi avant la fin du mois pour tenter de débloquer les discussions sur le méga-contrat de vente de 126 chasseurs Rafale à l'armée de l'air indienne, qui achoppent sur les modalités de l'assemblage des avions sur le sol indien.

L'Inde insiste pour que Dassault Aviation assume l'entière responsabilité de la production des Rafale dans une usine à capitaux publics de Bangalore, conformément au projet de 2012, ont déclaré des responsables du ministère indien de la Défense.

Le camp français s'est déclaré prêt à aider Hindustan Aeronautics IPO-HIAE.NS à tenir le calendrier de livraison mais refuse s'engager sur la production d'une usine sur laquelle elle n'a aucune responsabilité administrative ou industrielle.

Des spécialistes des questions militaires estiment que le contrat pourrait représenter pour l'Inde un budget de 20 milliards de dollars (17 milliards d'euros), deux fois supérieur à l'estimation initiale.

Dassault Aviation, qui n'a pas réussi à vendre le Rafale à l'étranger depuis son lancement en 1989, est en négociation exclusive avec l'Inde depuis 2012. Le Rafale l'avait emporté à l'époque sur l'Eurofighter en finale, après avoir éliminé le Gripen suédois, le MiG-35 russe et les F-18 et F-16 américains.

L'accord initial prévoit que les 18 premiers avions soient produits en France et les 108 autres en Inde.

Une source indienne a déclaré que les discussions sur le prix étaient suspendues dans l'attente d'une solution sur la production en Inde conforme au cahier des charges initial.

A Paris, Dassault et le ministère de la Défense ont refusé de s'exprimer sur le dossier mercredi. (Sanjeev Miglani et Tommy Wilkes, avec Cyril Altmeyer à Paris, Marc Angrand pour le service français)