January 13, 2015 / 12:57 PM / 3 years ago

LEAD 1-Télécoms-Orange reparle consolidation, plan 2020 en mars

4 MINUTES DE LECTURE

* Orange prêt à participer à la consolidation, pas au 1er plan

* Compte sur l'argent de la vente de EE, espère un accord rapide

* Le plan stratégique 2020 présenté le 17 mars (Actualisé avec nouvelles déclarations)

par Gwénaëlle Barzic

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Dans ses voeux pour 2015, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a formulé à nouveau l'espoir d'une réduction du nombre d'opérateurs mobiles en France, un processus auquel le groupe s'est dit prêt à participer mais en tant que second rôle.

Des discussions ont eu lieu au cours du premier semestre de l'an dernier entre plusieurs opérateurs français, dont Orange, en vue d'une consolidation avant d'être abandonnées à l'été en raison, principalement, de désaccords sur le prix.

La situation semble être au point mort depuis, d'autant que Free (Iliad ) a fait savoir qu'il n'était plus intéressé par un éventuel rachat de Bouygues Telecom, la filiale de Bouygues durement touchée par la guerre des prix qui secoue le secteur depuis 2012.

"Il y a une pression naturelle vers la consolidation du secteur", a déclaré Stéphane Richard lors de ses voeux à la presse mardi, évoquant les "niveaux de marge limites", "très en dessous des standards" de certains acteurs, sans les citer.

Les opérateurs, a-t-il ajouté, doivent aussi faire face à des obligations d'investissement élevées dont l'appel d'offres pour les fréquences 700 mégahertz prévu cette année.

"Cela permettra peut-être aux uns et aux autres de se déterminer sur ce qu'ils veulent faire sur le marché français parce qu'il faudra faire un gros chèque", a-t-il prédit.

L'opérateur s'est dit prêt à contribuer à un tel processus grâce à la flexibilité financière accrue dont il devrait bénéficier grâce à la vente de sa coentreprise britannique EE.

Plus De flexibilité grâce à Ee

Stéphane Richard a ainsi dit espérer un accord "assez rapidement" avec BT avec lequel il est en négociations exclusives.

En raison de sa taille sur le marché français, Orange s'interdit cependant d'être le fer de lance de la consolidation, a rappelé le PDG.

Prié de dire si le nouveau numéro deux français des télécoms SFR-Numericable pourrait être à la manoeuvre, le dirigeant a répondu qu'il s'agissait "évidemment" d'un scénario possible.

Faisant le bilan de 2014, Stéphane Richard a estimé qu'Orange avait tiré son épingle du jeu, citant une performance "assez impressionnante" malgré un contexte concurrentiel toujours difficile.

Le PDG a donné peu d'indications chiffrées. La société, qui a réalisé l'an dernier la meilleure performance du CAC 40 , doit publier ses résultats annuels le 17 février.

Il a toutefois mentionné de bonnes performances commerciales, en particulier en France où l'opérateur a nettement dépassé son objectif de trois millions de clients 4G.

Orange, dont la base d'abonnés a crû de 11% dans la zone Afrique Moyen-Orient, recense désormais 240 millions de clients dans le monde, a indiqué le PDG.

L'objectif de 300 millions clients à horizon 2015, contenu dans le dernier plan stratégique du groupe, ne pourra cependant pas être tenu, a-t-il reconnu.

L'opérateur dévoilera le 17 mars un nouveau plan à horizon 2020 qui aura pour fil conducteur la qualité de l'expérience client.

Edité par Matthias Blamont

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below