Lacker (Fed)-La fin de la "patience", un signal possible

mardi 13 janvier 2015 00h05
 

WASHINGTON, 12 janvier (Reuters) - La Réserve fédérale devrait cesser d'évoquer la nécessité d'une politique de taux "patiente" juste avant le moment auquel elle pense commencer à relever ses taux d'intérêts, a estimé lundi Jeffrey Lacker, le président de la Fed de Richmond.

Dans un entretien à Reuters, il a expliqué que le choix de la banque centrale d'indiquer en décembre qu'elle serait "patiente" en matière de relèvement de ses taux d'intérêt lui rappelait une stratégie déjà employée en 2004.

"Je retirerais 'patiente' si, lors d'une réunion donnée, j'avais le sentiment que nous allons probablement passer à l'action au cours de la réunion suivante", a-t-il dit.

En janvier 2004, la Fed avait modifié le discours alors en vigueur dans lequel elle s'engageait à maintenir des taux bas pendant "une période considérable", en y ajoutant qu'elle serait "patiente" pour réduire son soutien à l'économie, un langage employé jusqu'en mai de cette année-là : elle avait alors abandonné la référence à la patience, avant de relever ses taux à l'issue de sa réunion de juin.

Dans l'entretien à Reuters lundi, Jeffrey Lacker a également déclaré que les capacités excédentaires du marché du travail lui semblaient sur le point d'être épuisées, une évolution qui devrait logiquement conduire la Fed à relever ses taux pour assurer la maîtrise de l'inflation.

Il a redit que la banque centrale n'avait aucun calendrier prédéterminé de relèvement de ses taux, disant simplement qu'une hausse des taux cette année était "probable". (Michael Flaherty et Jason Lange, Marc Angrand pour le service français)