LEAD 2-Deuxième séance de forte hausse à Wall Street

jeudi 8 janvier 2015 23h24
 

(Actualisé avec volumes, dollar)
    * Les trois grands indices gagnent 1,8%
    * Le marché porté par de bons indicateurs US
    * Le S&P et le Dow en territoire positif depuis le 1er
janvier

    par Chuck Mikolajczak
    NEW YORK, 8 janvier (Reuters) - Wall Street a fini en forte
hausse jeudi pour la deuxième séance consécutive, dans
l'anticipation de la poursuite d'une croissance vigoureuse aux
Etats-Unis et d'une politique monétaire plus agressive de la
Banque centrale européenne.
    L'indice Dow Jones a bondi de 323,35 points, soit
1,84%, à 17.907,87 et l'indice plus large Standard & Poor's 500
 a pris 36,24 points (1,79%) à 2.062,14. Le Nasdaq
Composite, à forte pondération technologique, s'est
adjugé de son côté 85,72 points (1,84%) à 4.736,19. 
    Le S&P, indice de référence des gérants américains, a ainsi
repris 3% en deux jours après avoir perdu 4,2% sur les cinq
séances précédentes, une série négative comme il n'en avait plus
connue depuis 13 mois. Cette nouvelle hausse, après celle de
1,16% mardi, lui a permis de repasser au-dessus de sa moyenne
mobile sur 50 jours, un niveau technique important qu'il avait
enfoncé lundi.
    Le Dow et le S&P sont du coup passés en territoire positif
depuis le 1er janvier, pour la première fois, avec des gains
respectifs de 0,48% et 0,16%.
    Les investisseurs ont été rassurés par l'annonce d'une
baisse de 4.000 du nombre d'inscriptions hebdomadaires au
chômage la semaine dernière. Ce chiffre, même légèrement moins
favorable qu'attendu, est de bon augure avant le rapport mensuel
sur l'emploi qui sera publié vendredi. 
    Le marché est resté par ailleurs soutenu par le peu
d'empressement de la Réserve fédérale à relever ses taux
d'intérêt, comme l'a montré le compte rendu de sa réunion
monétaire publié mercredi, et par les spéculations sur le
lancement d'un programme d'assouplissement quantitatif dans la
zone euro, peut-être dès la prochaine réunion de la banque
centrale européenne le 22 janvier.
    "Depuis hier, l'attention se porte de nouveau sur des
fondamentaux qui, pour les marchés actions, restent positifs",
observe Sean Lynch, chez Wells Fargo Investment Institute à
Omaha. "La Fed promet d'être patiente et de faire preuve de
transparence sur la remontée des taux, et l'économie se porte
bien. L'autre facteur est que la BCE va peut-être lancer une
action de soutien plus nette dans deux semaines."
    Les volumes se sont étoffés avec 7,1 milliards de titres qui
ont changé de mains selon BATS Global Markets, à comparer à une
moyenne de 6,7 milliards sur les cinq dernières séances.
    Les espoirs d'accélération de la croissance américaine,
également renforcés par la baisse des prix de l'essence qui
augmente le pouvoir d'achat des ménages, ont entraîné un 
renforcement du dollar mais ils ont pesé sur le marché
obligataire. Le rendement de l'emprunt à 30 ans a
pris huit points de base à 2,593%, sa première hausse après neuf
séances de baisse - une série inédite depuis septembre 2001 - et
celui du 10 ans est remonté de six points de base à
2,016%, revenant au-dessus du seuil de 2% qu'il avait enfoncé
mardi pour la première fois depuis le mois d'octobre.
    Sur le marché des changes, le dollar a touché un nouveau
plus haut depuis décembre 2005 face à l'euro, à 1,1754 pour un
euro, conséquence des politiques monétaires divergentes des deux
côtés de l'Atlantique, et il se traitait à 1,1793 (+0,37%) au
moment de la clôture de Wall Street. Il a parallèlement repris
0,3% face au yen, à 119,66.
    
     LES BIOTECHS EN VEDETTE
     La hausse de la Bourse a été générale avec neuf des 10
grands indices sectoriels S&P qui ont pris plus de 1%, trois
d'entre eux - les matériaux de base (+2,37%), les technologiques
(+2,27%) et l'énergie (+2,20%) - s'adjugeant même plus de 2%
alors que les services aux collectivités (+0,70%) restaient à la
traîne.
    Le secteur de l'énergie a bénéficié de la stabilisation
apparente des cours du pétrole, avec le brut léger américain qui
a enchaîné une deuxième séance de hausse. 
    Apple, en hausse de 3,84% à 111,89 dollars, a
soutenu les techs. Selon les analystes de Janney Capital
Markets, les résultats du groupe au premier trimestre devraient
réserver une bonne surprise grâce à ses ventes d'iPhone.
    Le compartiment de la distribution a été recherché après des
annonces favorables de plusieurs groupes sur leurs ventes de la
période de Noël. Aeropostale a bondi de 23,89% et Urban
Outfitters a pris plus modestement 3,70%.
    L'indice S&P de la distribution a gagné 1,15%.
    Les biotechs ont compté parmi les valeurs les plus actives
après, là encore, quelques annonces sur des essais cliniques.
Bind Therapeutics, qui vient d'enrôler son premier
patient pour tester un traitement expérimental du cancer du
poumon, s'est envolé de 37,09% à 7,06 dollars.
    Neurocrine Biosciences, qui a communiqué sur un
traitement de l'endométriose pour femmes pré-ménopausées, s'est
adjugé 25,59% et Halozyme Therapeutics a grimpé de
11,58% après avoir assuré que son PEGPH20 actuellement testé
contre le cancer du pancréas pourrait potentiellement rapporter
des milliards de dollars.
    Au sein du Dow Jones, la meilleure performance est venue de
l'assureur-santé UnitedHealth, en hausse de 4,77%. Les
30 composantes de l'indice ont fini dans le vert.
    La tendance de vendredi sera dictée par la statistique des
créations d'emploi, publiée une heure avant l'ouverture. Les
économistes anticipent en moyenne 240.000 créations de postes,
moins qu'en décembre, mais avec une nouvelle baisse du taux de
chômage à 5,7% contre 5,8%.

 (avec Caroline Valetkevitch, Véronique Tison pour le service
français)